A quoi ressemble un passeport après un tour du monde ?

La réponse en images avec le passeport de Loïc !

Passeport 1 Passeport 2 Passeport 3 Passeport 4 Passeport 5 Passeport 6 Passeport 7 Passeport 8

Vous remarquerez les couleurs quelque peu délavées de certains visas… Ce n’est pas la faute à un trek pluvieux, non, non !

C’est tout simplement le résultat d’un petit tour dans la machine à laver de Valérie à Nouméa… Loïc avait eu la bonne idée de laver son sac photo ! En oubliant les passeports et son permis de conduire à l’intérieur.

Grosse angoisse sur le moment : allions-nous pouvoir franchir la douane ?! Et grosse colère pour Noémie aussi !

Loïc a donc passé sa soirée à glisser du papier toilette entre chaque page, puis à sécher délicatement au sèche cheveux les passeports… Le lendemain, il a fait la tournée des administrations de Nouméa pour vérifier que les données électroniques étaient encore lisibles : pas de machine pour les lire à la mairie de Nouméa et à la police mais des fonctionnaires qui nous invitent à changer d’urgence de passeport ! Heureusement, la police aux frontières nous a rassurés, notre passeport était lisible, ouf !

Sur le coup, nous avions été bien stressés… Mais près d’un an après cet événement, il reste comme l’une des meilleures anecdotes du voyage !

Vous voyez, il est bien rempli ce passeport… Mais il nous reste encore plein de pages à tamponner !

Colonia del Sacramento

Du jeudi 3 au samedi 5 avril 2014

Buenos Aires est située dans l’embouchure du rio de la Plata. De l’autre côté du fleuve, à cinquante kilomètres, c’est l’Uruguay !

Une heure de ferry suffit pour nous faire changer d’ambiance. La grouillante Buenos Aires nous semble bien loin alors que nous déambulons dans Colonia del Sacramento à la recherche d’une chambre. Les rues sont tellement calmes ! Le climat aussi diffère. A Buenos Aires, la douceur est automnale. Ici, nous trouvons une chaleur moite et étouffante. Mais nous aurons beaucoup de pluie le deuxième jour…

Colonia del Sacramento a été fondée par les Portugais à la fin du XVIIe siècle pour concurrencer les Espagnols installés de l’autre côté du rio de la Plata. Après un siècle de conflit, la ville est cédée à l’Espagne qui lui préfère Buenos Aires pour développer le commerce. Colonia périclite et sa vieille ville demeure donc dans son jus jusqu’à nos jours. Nous avons donc un peu le sentiment de voyager dans le temps lorsque nous nous baladons dans ces rues qui n’ont guère changé depuis l’époque coloniale. Certaines ont encore leur pavage d’origine !

CIMGP1891 CIMGP1885

La vieille ville, où l’on accède par une porte massive, est entourée de fortifications. Les maisons basses recouvertes de tuiles ont des tons ocres, rouges, jaunes… De nombreuses fleurs ornent les façades. Toutes les maisons ou presque ont des patios. De vieilles voitures de collection stationnent à l’ombre des platanes. L’église coloniale est charmante, de même que la Place d’Armes qu’elle jouxte.

CIMGP1881 CIMGP1879 CIMGP1878 CIMGP1860

Une petite grimpette en haut du phare nous permet d’admirer la bourgade dans son ensemble.

CIMGP1853 CIMGP1908_09_10_11_12 CIMGP1913_4_5 CIMGP1923 CIMGP1901

Vous l’aurez compris, Colonia del Sacramento nous a enchantés. C’est un endroit reposant et particulièrement agréable à visiter, même si la pluie a un peu entaché notre séjour. Nous avons entrouvert la porte de l’Uruguay et si le pays est à l’image de cette belle ville, il doit y faire bon vivre !

CIMGP1900 CIMGP1898 CIMGP1869 CIMGP1863 CIMGP1930