A quoi ressemble un passeport après un tour du monde ?

La réponse en images avec le passeport de Loïc !

Passeport 1 Passeport 2 Passeport 3 Passeport 4 Passeport 5 Passeport 6 Passeport 7 Passeport 8

Vous remarquerez les couleurs quelque peu délavées de certains visas… Ce n’est pas la faute à un trek pluvieux, non, non !

C’est tout simplement le résultat d’un petit tour dans la machine à laver de Valérie à Nouméa… Loïc avait eu la bonne idée de laver son sac photo ! En oubliant les passeports et son permis de conduire à l’intérieur.

Grosse angoisse sur le moment : allions-nous pouvoir franchir la douane ?! Et grosse colère pour Noémie aussi !

Loïc a donc passé sa soirée à glisser du papier toilette entre chaque page, puis à sécher délicatement au sèche cheveux les passeports… Le lendemain, il a fait la tournée des administrations de Nouméa pour vérifier que les données électroniques étaient encore lisibles : pas de machine pour les lire à la mairie de Nouméa et à la police mais des fonctionnaires qui nous invitent à changer d’urgence de passeport ! Heureusement, la police aux frontières nous a rassurés, notre passeport était lisible, ouf !

Sur le coup, nous avions été bien stressés… Mais près d’un an après cet événement, il reste comme l’une des meilleures anecdotes du voyage !

Vous voyez, il est bien rempli ce passeport… Mais il nous reste encore plein de pages à tamponner !

Lombok – Bilan de l’Indonésie

Du dimanche 1er au lundi 9 décembre 2013

Pour terminer notre périple en Indonésie, nous avons décidé de passer une semaine sur l’île de Lombok. Cette dernière est beaucoup moins touristique et plus pauvre que Bali – ce qui devrait rapidement changer car un aéroport international vient d’y être construit. Nous disons au revoir à Christelle et Mathias qui restent à Gili Meno et retournent ensuite sur Bali. On espère les recroiser en Amérique du Sud ! En attendant, le rendez-vous est pris dans quelques mois pour se revoir dans leurs belles montagnes suisses.

Nous quittons les Gilis et leurs eaux turquoises à bord d’un petit bateau-bus où nous rencontrons Céline, Sarah et Chris, qui vont aussi à Senggigi. Parfait ! Nous allons partager un mini-bus ! Le court trajet entre le débarcadère et la ville est magnifique. Le paysage est vallonné et le vert de la végétation contraste avec le bleu sublime de l’eau. Au loin, on aperçoit les trois petites Gilis, toutes plates !

Senggigi est une « ville-rue ». Elle s’étend sur environ deux kilomètres et est bordée de rangées de commerces et d’hébergements. La plage est juste derrière. Nous nous séparons de nos compagnons de voyage et trouvons une chambre confortable mais très bruyante : l’une des routes principales de l’île passe à cinq mètres de notre porte ! Il fait très chaud et nous prenons le temps de nous reposer à la fraîcheur de la climatisation. Ensuite nous finissons l’après-midi à la plage. Le coucher de soleil est superbe ! Au loin, on aperçoit même le cône du Gunung Agung, point culminant de Bali. Notre matinée du lundi sera occupée par des formalités postales (nous envoyons notre deuxième colis de souvenirs pour la France) et nous trouvons une voiture pour nous emmener directement à notre prochaine étape.

CIMGP4622

Nous passons l’essentiel de notre semaine à Kuta, au Sud de l’île de Lombok. (Ne pas confondre avec Kuta de l’île de Bali !!!) Notre recherche de logement est mémorable ! Alors que nous visitons une chambre assez correcte mais chère, l’employé de l’hôtel nous dit qu’il possède une autre chambre à deux pas. Sa petite maison est juste achevée et le sol de la chambre n’est pas encore carrelé. Les pièces ne sont meublées que d’un matelas et d’un ventilateur. Il nous la propose avec le petit-déjeuner inclus à 100 000 roupies, soit 6€. Vendu ! Nous pouvons en outre profiter du wifi et de la piscine de l’hôtel mais nous devons rester discret envers les autres clients…

CIMGP5154

Kuta est encore une ville assez peu touristique. Pas mal de surfeurs blasés de la foule balinaise y trouvent donc leur bonheur. Les locaux vivent ici principalement de la pêche mais les choses devraient changer rapidement et de nombreux terrains sont à vendre pour accueillir de futurs hôtels. Les coupures d’eau et d’électricité sont quotidiennes et durent parfois la journée entière !

Loïc a décidé de mettre la semaine à profit pour apprendre la plongée. Il s’inscrit donc dans une école (Scuba Froggy) tenue par Guillaume, un Français installé ici depuis quatre ans, et passe ses deux premiers jours à apprendre la théorie. Une fois reçu à l’examen (une seule faute !), il peut attaquer la pratique en compagnie de son moniteur anglais Greg. La première séance a lieu en piscine et pour cela, il faut se rendre au Novotel, un gros complexe luxueux situé à deux kilomètres.

CP1100839

Pendant quatre jours, tandis que Loïc découvre la vie sous-marine et se familiarise avec l’équipement du plongeur, Noémie profite pleinement des quatre piscines du Novotel, de sa plage privée, des hamacs et des transats !!

CIMGP5179

Bien que les cours de plongée aient beaucoup occupé Loïc, nous avons pu passer un peu de temps ensemble et avons loué un scooter pour découvrir les belles criques des alentours de Kuta. Nous ne nous sommes pas baladés autant que prévu du fait de la plongée mais nous avons bien profité du coin tout de même !

CIMGP5067

Plage de Kuta

CIMGP5103

Le sable de la plage ressemble parfois à des graines de quinoa !

CIMGP5162 CIMGP5164 CIMGP5176 CIMGP5221

Vendredi, alors que nous partions déjeuner, nous tombons sur Céline, rencontrée à Senggigi en début de semaine. Ses amis ont quitté l’Indonésie et elle poursuit le voyage toute seule. Noémie et Céline passent donc l’après-midi ensemble. Comme Loïc a appris à Noémie à conduire le scooter elles peuvent se promener sur les routes bien chaotiques de Lombok et surtout se baigner sur une superbe plage où il n’y a personne !

CIMGP5157CDSCN1958

Depuis quelques jours, les villageois qui vivent à côté de chez nous sont en plein préparatifs pour une grande fête qui aura lieu dimanche. Les femmes cuisent plusieurs dizaines de kilos de riz tandis que les hommes coupent la viande, ouvrent et râpent des cocos. A la veille de la fête, tout est prêt. 200 personnes sont attendues ! Alors que nous nous apprêtons à partir dîner en compagnie de Céline, notre hôte Bruno vient nous voir et nous dit de rester chez nous : ce soir, c’est lui qui régale ! Nous pouvons donc goûter à tous ces plats dont nous avons vu la préparation et avons hâte de voir la fête.

CIMGP5239 CIMGP5249 CIMGP5472 CDSCN2006

Le lendemain matin, Loïc se lève tôt pour aller faire un petit tour au marché du dimanche. Il est vraiment traditionnel. Les marchands installés en extérieur à même la terre vendent leur poisson, leur fruits et légumes et du tabac. L’ambiance est très rustique et Loïc se rend compte qu’il est le seul touriste du marché !

CIMGP5279 CIMGP5283 CIMGP5297 CIMGP5301 CIMGP5322 CIMGP5306 CIMGP5337

Enfin, pendant la dernière plongée de Loïc, Noémie retrouve Céline. Elle est en compagnie de Thomas et Elise, que nous avions déjà croisés au sommet du Bromo et à Pemutaran. Comme nos itinéraires sont sensiblement identiques, nous nous envoyons depuis des emails pour nous donner des bons plans sur les villes traversées. Mais nous n’avons pas encore eu vraiment le temps de passer du temps avec eux et nous sommes ravis de les revoir ! Ils ont décidé d’aller se balader tout l’après-midi alors nous nous rendons à la fête avec Céline. Un cortège traverse le village avec en tête un groupe de musique et des chanteuses. Ils s’arrêtent dans les cours des maisons et tout le monde danse et chante dans une ambiance conviviale. Malheureusement, la pluie va stopper prématurément les festivités.

CIMGP5379 CIMGP5378 CIMGP5367Après l’averse, nous partons nous balader dans le village à l’écart de la rue principale et découvrons dans quelle pauvreté vivent les habitants de Kuta. Nous sommes touchés par leurs conditions de vie.

CIMGP5433 CIMGP5444

Nous passons notre dernière soirée en Indonésie en compagnie de Céline, Elise et Thomas. Une énième coupure d’électricité ne viendra pas entailler ni la bonne humeur du repas, ni le dernier repas indonésien !

CIMGP5224 CIMGP5219

Bilan de l’Indonésie :

L’Indonésie, c’est le pays où nous sommes resté le plus longtemps depuis notre départ ! Au départ, nous avions prévu de rester seulement sur Java pour une dizaine de jours et puis à force de discuter entre nous et avec d’autres voyageurs nous avons pris la décision de profiter intégralement des trente jours octroyés par notre visa pour voir d’autres îles !

Ce qui est chouette en Indonésie, c’est que l’on a l’impression de changer de pays à chaque fois que l’on change d’île. Les paysages et les cultures diffèrent tellement d’une île à l’autre que l’on ne se lasse pas ! Entre les rizières, les volcans, les plages, les plantations de café, de cacao et de tabac… il y en a pour tous les goûts ! Comme dans les autres pays d’Asie, les couleurs ont été un régal pour les yeux : verts de la végétation et bleus de l’eau.

Dans nos souvenirs, nous associerons aussi beaucoup l’Indonésie à la détente. Nous avons profité de la plage et surtout des fonds marins avec nos sorties snorkelling et surtout la découverte de la plongée pour Loïc !

Par rapport à la Malaisie, l’Indonésie est un pays où la pauvreté est bien plus présente, même si le coût total de nos séjours est sensiblement identique. Dans les deux cas, voyager n’a pas été onéreux !

CIMGP5503

Beaucoup de produits sont vendus en format uni-dose pour baisser le coût facial, mais cela crée plus de déchets !

Nous n’avons pas été emballés par la nourriture indonésienne. Nous étions même écoeurés du nasi goreng (riz frit) et du mie goreng (nouilles frites) ! Mais les fruits et jus de fruits ont compensé ce point.

CIMGP5382

Trop de Nasi Goreng tue le Nasi Goreng ….

Pour la première fois depuis notre départ, nous avons appris autre chose que « bonjour, au revoir et merci » dans la langue du pays. Le bahasa est en effet très facile d’apprentissage et Loïc en maîtrise désormais les bases ! Ce qui a beaucoup impressionné les Indonésiens…

L’Indonésie est un pays qui a bien compris les formidables avantages économiques émanant du tourisme. Tout est fait pour faciliter le voyage. Mais nous avons malheureusement bien senti la corruption : il faut payer partout où l’on passe… Les gens sont sympas et amicaux sauf quand il est question d’argent. Là, il y a moins de sourires !

Mais l’Indonésie, c’est surtout le pays des rencontres : Séverine, Audrey et Cécilia, Thomas et Elise, Céline et surtout Mathias et Christelle avec qui nous avons passé 10 jours. Nous avons adoré voyagé avec eux !

Ce qui est sûr, c’est que l’on reviendra ! C’est la première fois que cette certitude nous traverse alors que nous quittons un pays. Il y a tant à découvrir en Indonésie!

Nous quittons donc notre dernier pays d’Asie, non sans émotion. Une étape de notre voyage est désormais franchie. Nous allons passer les deux prochains mois dans un monde plus occidentalisé, au niveau de vie supérieur et nous devons nous préparer au changement ! En outre, pour la dernière fois dans notre voyage, nous devions nous familiariser avec une langue nouvelle : maintenant, nous parlerons anglais, français et espagnol !

Au revoir l’Asie et merci pour tous les beaux souvenirs !

CIMGP5516

Gili Meno

Du mercredi 27 au samedi 30 novembre 2013

Un gros bateau rapide nous conduit vers les Gilis, trois minuscules îles paradisiaques situées entre Bali et Lombok. Nous louons un bungalow et profitons pendant quatre jours du calme des plages de Gili Meno. Entre baignade, bronzage, snorkelling, dégustation d’ananas et couchers de soleil avec apéros, nous sommes bien occupés ! Les images parlent d’elles même !

CIMGP3879

1000 cv !

CIMGP3887

Gili Meno en arrivant en bateau.

CIMGP3889

Notre chambre à 175000 Rp (10€) avec petit déjeuner et Wifi.

CIMGP3890

et la salle de bain extérieure avec eau chaude et non eau de mer comme beaucoup d’autres logements sur l’île !

CIMGP3921

La plage avec vue sur Lombok

CIMGP3930 CIMGP3927 Stitched Panorama CIMGP4486 CIMGP4532 CIMGP4198 CIMG_9390 CIMGP4535 CIMGP4538

Bali – Ubud

Lundi 25 et mardi 26 novembre 2013

S’il y a bien un élément de l’Indonésie qui nous amuse et que l’on retiendra, c’est le côté malin et opportuniste des Indonésiens. Ils connaissent toujours quelqu’un qui connaît quelqu’un qui possède une chambre pas chère ou qui peut vous emmener là où vous voulez ! Voyager deviendrait presque trop facile ici !

Cas concret n°1 :

Nous sommes à Munduk, une toute petite ville où très peu de bemos circulent. Pour la quitter, le moyen le plus simple est de prendre un taxi privé. Nous ne prenons pas la peine d’en chercher un et nous contentons de nous poster tous les quatre sur le bord de la route, avec nos gros sacs à nos pieds. Moins de deux minutes plus tard, un scooter s’arrête et le gars nous demande où nous souhaitons aller. Ubud ?! Pas de problème, suivez-moi, je vous emmène pour pas cher. On négocie le prix (sinon c’est pas drôle) et hop ! En route pour Ubud ! Facile !

Cas concret n°2 :

Arrivés à Ubud, la guest-house repérée dans notre guide affiche complet. Nous jetons un œil aux chambres de sa voisine mais nous sommes moyennement emballés. De retour dans la rue, une dame nous aborde : vous cherchez un logement ? Venez voir celle de ma copine ! Chambre pas chère, donnant sur un agréable jardin, avec petit déjeuner inclus (sans conteste le meilleur de l’Indonésie). Très facile !

Cas concret n°3 :

Nous cherchons un transport pour explorer la région. Sans bouger de notre terrasse où nous jouons aux cartes en prenant l’apéro, notre hôte fait venir une copine à elle avec qui nous organisons notre journée du lendemain et même notre transfert en bateau sur les îles Gili. Trop facile ?!

Ubud c’est en quelque sorte la capitale culturelle de l’île de Bali. Elle attire des milliers de touristes pour ses spectacles de danse traditionnelle, ses musées, et ses boutiques. C’est aussi une excellente base pour découvrir le centre de Bali, ses volcans et ses rizières.

CIMGP3614 CIMGP3629 CIMGP3620 CIMGP3646 CIMGP3686 CIMGP3701CIMGP3732A Ubud, nous n’avons pas eu trop de chance niveau météo : il a plu les deux jours où nous y étions. Cela a un peu entaché notre perception de la beauté des lieux. Au centre de la ville se trouve le palais, encore habité par la famille royale. Nous passons un petit moment dans sa cour, avant d’aller nous balader dans les rues. Tous les souvenirs possibles et imaginables se trouvent à Ubud, c’est le paradis du shopping ! On peut aussi se faire masser pour pas cher.

CIMGP3562 CIMGP3565 CIMGP3566La ville, c’était pas objectif principal. Notre grande idée, c’était de grimper le Gunung Batur, l’un des nombreux volcans de Bali. Toutes les agences proposent ici l’excursion mais nous souhaitons y aller tous seuls. En effet, le départ des tours organisés est à 2 heures du matin et cela ne nous enchantait guère, surtout qu’il y aura beaucoup de monde sur le sentier à cette heure-ci. Nous préférons faire l’ascension le matin, tous seuls. Selon notre guide, le sentier est simple et balisé. Nous avons donc loué une voiture avec chauffeur pour nous y conduire.

CIMGP3773Arrivés sur place, les guides locaux refusent catégoriquement de nous laisser monter, à moins bien sûr de payer un prix exorbitant ! Nous nous entêtons à poursuivre sans eux mais nous rattrapent et deviennent agressifs. Apparemment ce sont les ordres du gouvernement de faire payer les touristes un prix élevé pour grimper le volcan. Nous sommes très irrités de leur attitude et refusons de sponsoriser ce racket et faisons demi-tour.

Dépités, nous cherchons à occuper notre journée. Nous visitons d’abord une plantation de café où nous dégustons leur production locale.

CIMGP3790 CIMGP3782 CIMGP3796 CIMGP3785Puis nous allons nous balader dans les rizières. Celles-ci sont très célèbres car elles sont classées au patrimoine mondial de l’Unesco. Il faut donc payer pour y accéder et plusieurs points de vue ont été installés. De nombreux bars et restaurants ont installé une terrasse avec vue et les vendeurs de souvenirs sont omniprésents. De fait, même si les rizières sont effectivement superbes, elles sont moins intéressantes à nos yeux que celles de Munduk où l’on se balade en compagnie des villageois.

CIMGP3799 CIMGP3825 CIMGP3810 CIMGP3839 CIMGP3841Lorsque l’on rentre en ville, la pluie redouble d’intensité. Le système d’évacuation des eaux d’Ubud n’est pas assez développé pour drainer toute l’eau et la rue se transforme en véritable torrent ! Les caniveaux débordent et les gens ont de l’eau jusqu’aux cuisses, c’est impressionnant !

Bali – Munduk

Samedi 23 et dimanche 24 novembre 2013

En Indonésie, pour se déplacer il faut emprunter des bemos, des mini-bus qui circulent sans horaire précis ni arrêt. Pour en prendre un, c’est simple, il suffit de se poster au bord de la route et d’attendre moins de cinq minutes. Le petit problème, c’est que le chauffeur va systématiquement privatiser son bemo pour vous en abandonnant tous ses autres passagers (il n’hésitera pas à les refiler à un autre bemo) et que cela vous coûtera bien plus cher qu’aux locaux ! Bon, le prix reste dérisoire, après négociation bien sûr. C’est ainsi que nous partons tous les quatre de Pemuteran.

CIMGP3373

Munduk est une ville-rue perchée sur la crête d’une montagne. De part et d’autre s’étendent des plantations et des rizières. Une fois installés dans notre chambre d’hôte, nous partons pour une balade tout l’après-midi. Notre carte se résume à un dessin grossier et on se retrouve plusieurs fois sur des allées qui mènent à des maisons ! Le chemin monte et descend à travers des plantations de cacao et d’ananas. On trouve aussi des girofliers (pour les clous de girofle), des caféiers. Nous finissons par arriver à la belle cascade, l’objectif de notre marche.

CIMGP3451

LA rue de Munduk avec ses mats religieux en bambou.

CIMGP3438 CIMGP3388 CIMGP3405 CIMGP3389 CIMG_8840

Sur le chemin du retour, une villageoise nous propose de prendre un thé ou du café local. Nous acceptons et entamons la discussion avec elle. Nous découvrons entre autres la cabosse de cacao fraîche et goûtons avec curiosité à ses fruits.

CIMGP3413

Pour notre deuxième jour dans la région, nous avons loué des scooters ! Sur cette route de montagne, les virages sont parfois très serrés et les montées et descentes abruptes. Mais Loïc est devenu un vrai pilote de scooter !

CIMG_8863

Nous allons tout d’abord admirer les trois lacs de la région avant d’aller voir un temple, malheureusement pas très bien entretenu.

CIMG_8881 CIMGP3455

CIMGP3459 CIMGP3460 CIMGP3464Après un arrêt au marché pour acheter notre repas, nous nous installons au bord de l’un des lacs pour déjeuner. Comme un peu partout ici, le sol est jonché de détritus… mais fort heureusement, nous remarquons qu’une équipe de jeunes volontaires nettoie le coin. Loïc discute un peu avec eux et ces étudiants bénévoles lui expliquent ce que nous soupçonnions déjà : il n’y a pas encore vraiment de conscience écologique ici et ce n’est absolument pas la priorité du gouvernement. Et oui, ce qui nous semble une nécessité chez nous ne l’est pas encore partout dans le monde : les pays riches et les pays pauvres n’ont pas les mêmes enjeux à relever.

CIMGP3474

CIMG_8905Nous revenons ensuite du côté de Munduk pour une balade dans les rizières. Le chemin qui y conduit est vraiment « casse-gueule » avec tous ses nids de poule !! Les rizières de Bali diffèrent énormément des rizières vietnamiennes et chinoises. On ne se lasse pas de ces paysages ruraux asiatiques qui nous surprennent toujours autant ! Celles-ci nous plaisent notamment par la présence de nombreux cocotiers.

CIMGP3479

CIMGP3480

CIMGP3485

CIMGP3487

CIMGP3524_5_6_7_8

CIMGP3535_6_7_8_9

CIMGP3530

CIMGP3544

Petite pause boisson avant de rentrer…

Bali – Pemuteran

Du mercredi 20 au vendredi 22 novembre 2013

Très différente de sa voisine Java, Bali offre mille paysages variés et une culture unique au monde. Nous poursuivons le voyage en compagnie de Christelle et Mathias, rencontrés la veille au Kawah Ijen. Le courant passe vraiment bien entre nous !

CIMGP3272

Le sud de l’île est la chasse gardée des surfeurs. Il semblerait que la côte y est bétonnée, très fréquentée et festive. Nous préférons ne pas y aller, privilégiant des endroits plus calmes. Les derniers jours passés aux volcans nous ont bien fatigué : la route, le réveil matinal, la marche, commencent à avoir raison de nous. Nous allons donc nous reposer à Pemuteran, petite ville du nord-ouest de Bali. Ici, nous allons pouvoir profiter de la plage et surtout des fonds marins ! Pemutaran est en effet l’un des spots de plongée les plus renommés de l’île.

CIMGP3288

Nous avons opté pour une guest-house au standing supérieur à celui dont nous avons l’habitude. La chambre est superbe et le jardin où se situent les bungalows propice à la détente avec ses frangipaniers dont les belles fleurs embaument l’air. En plus, on y mange très bien ! Mais c’est surtout la piscine qui a toutes nos faveurs ! Et pour couronner le tout, il n’y a quasiment personne : nous sommes en basse saison !

CIMGP3273 CIMGP3276 CIMGP3281

CIMGP3315

Compagnons anti-moustique, de beaux geckos sortent sous les projecteurs.

A Pemuteran, nous avons surtout profité des joies du snorkelling (palmes, masque et tuba). Loïc replonge avec délice dans ses souvenirs d’enfance à la Réunion où il passait des heures à observer les poissons. Pour Noémie, c’est une première ! Elle écoute donc attentivement les conseils de son mono barbu avant de découvrir avec fascination le monde sous-marin. Le silence se fait tout à coup et un univers nouveau, grouillant de vie, s’étale sous nos yeux. Point de vitre d’aquarium entre nous et les poissons… C’est extraordinaire ! De nombreux coraux parsèment la côte et abritent une faune riche de poissons variés et colorés. Les locaux ont à cœur de protéger le corail et la plongée est bien réglementée avec des zones d’entrée dans l’eau et des panneaux sensibilisant les touristes. Tout un programme de « reconstruction » du corail est en cours. Nous en prenons plein les yeux tout l’après-midi !

De retour de la plage, pendant que les garçons vont profiter de la piscine, les filles s’octroient un petit massage relaxant. C’est le deuxième pour Noémie qui avait passé une matinée dans un spa recommandé par Séverine à Jakarta et ces massages sont vraiment pour elle le bonus de l’Indonésie !

Le lendemain, nous prenons le large à bord d’un petit bateau qui nous conduit près de l’île de Menjangan. C’est une zone sous-marine protégée où nous pouvons observer encore plus de coraux et de poissons. Pour graver ces superbes images dans notre mémoire et vous les faire partager, nous avons loué avec Christelle et Mathias un caisson étanche pour appareil-photo !

CIMG_2393 CIMG_2319 CIMG_2278 CIMG_2318 CIMG_2250 CIMG_2302 CIMG_2334 CIMG_2375 CIMG_2213 CIMG_2185 CIMG_2245 CIMG_2187 CIMG_2161 CIMG_2159 CIMG_2130 CIMG_2113 CIMG_2170