A quoi ressemble un passeport après un tour du monde ?

La réponse en images avec le passeport de Loïc !

Passeport 1 Passeport 2 Passeport 3 Passeport 4 Passeport 5 Passeport 6 Passeport 7 Passeport 8

Vous remarquerez les couleurs quelque peu délavées de certains visas… Ce n’est pas la faute à un trek pluvieux, non, non !

C’est tout simplement le résultat d’un petit tour dans la machine à laver de Valérie à Nouméa… Loïc avait eu la bonne idée de laver son sac photo ! En oubliant les passeports et son permis de conduire à l’intérieur.

Grosse angoisse sur le moment : allions-nous pouvoir franchir la douane ?! Et grosse colère pour Noémie aussi !

Loïc a donc passé sa soirée à glisser du papier toilette entre chaque page, puis à sécher délicatement au sèche cheveux les passeports… Le lendemain, il a fait la tournée des administrations de Nouméa pour vérifier que les données électroniques étaient encore lisibles : pas de machine pour les lire à la mairie de Nouméa et à la police mais des fonctionnaires qui nous invitent à changer d’urgence de passeport ! Heureusement, la police aux frontières nous a rassurés, notre passeport était lisible, ouf !

Sur le coup, nous avions été bien stressés… Mais près d’un an après cet événement, il reste comme l’une des meilleures anecdotes du voyage !

Vous voyez, il est bien rempli ce passeport… Mais il nous reste encore plein de pages à tamponner !

Publicités

Hô Chi Minh Ville – Bilan du Vietnam

Lundi 14 et mardi 15 octobre 2013

Dernière étape de notre périple de 21 jours au Vietnam, Hô Chi Minh Ville est une grande ville de plus de sept millions d’habitants à la physionomie très différente d’Hanoi. Elle nous semble plus moderne, plus impersonnelle aussi.

CIMGP9165Il ne reste pas grand chose de l’ancienne Saigon, capitale de la colonie française de Cochinchine pendant près d’un siècle. Les noms de rue ont tous été rebaptisés et seuls quelques noms français ont été gardés : Pasteur, Calmette et Yersin notamment. Si le premier n’est plus à présenter, il est intéressant de constater que les deux autres, illustres inconnus pour quasiment tout le monde en France (sauf si vous êtes médecin, pharmacien ou très cultivé), sont connus par tous les Vietnamiens. Albert Calmette a mis au point le vaccin contre la tuberculose avec Camille Guérin (leurs initiales correspondent aux lettres C et G du vaccin BCG). C’est le fondateur de l’institut Pasteur de Saïgon. Autre disciple de Pasteur et ami de Calmette, Alexandre Yersin a découvert le bacille de la peste et a mis au point des sérums anti-pesteux. Il a passé l’essentiel de sa vie à Nha Trang, sur la côte vietnamienne, menant une vie d’aventurier. (Noémie vient de lire sa biographie écrite par Patrick Deville, « Peste et Choléra », et vous la conseille vivement !). Aujourd’hui, à l’exception de quelques anciens monuments du centre, la ville est bétonnée d’immeubles plutôt laids. Ce n’est pas un coup de cœur pour nous mais certains éléments de sa visite auront retenu notre attention.

CIMGP9151

Notre balade dans le quartier historique nous a donné un petit aperçu du visage de la ville à l’époque où elle était française. On n’a d’ailleurs pas résisté bien longtemps en tombant nez à nez avec une boulangerie !

CIMGP9082 CIMGP9084

L’opéra, construit en 1897, nous semble tout droit parachuté d’une ville française. Les hôtels Continental et Caravelle pourraient très bien être situés à Paris ! C’est d’ailleurs la seule fois de notre séjour au Vietnam que nous verrons des boutiques de luxe occidentales. L’ancien hôtel de ville, datant du début du XXe siècle, abrite aujourd’hui le siège du Comité du peuple. Sa façade est d’inspiration Renaissance.

CIMGP9079 CIMGP9077 CIMGP9076 CIMGP9080

C’est à la poste centrale, dessinée par Gustave Eiffel lui-même, que nous écrirons quelques cartes postales. L’architecture de ce bâtiment est superbe ! Des cartes anciennes ornent les murs et les vieilles cabines téléphoniques ont été conservées, cachant des distributeurs automatiques.

CIMGP9110 Stitched Panorama

Sur la même place, la cathédrale Notre-Dame nous transporte dans le Sud-Ouest : elle a été bâtie en pierres de Toulouse !

CIMGP9114 CIMGP9121

Après cette balade très sympathique, nous mangeons un sandwich « baguette-omelette » (un classique pour nous au Vietnam, plutôt avalé au petit-déjeuner d’habitude) avant de changer d’ambiance.

CIMGP9117CIMGP9123 CIMGP9130 CIMGP9134Nous nous rendons en effet au musée des Souvenirs de guerre qui évoque de manière brutale et sans équivoque les crimes de guerre américains au Vietnam. Nous basculons dans l’horreur avec les photos des combats prises par les agences de presse. La guerre du Vietnam a en effet été la première guerre suivie par des reporters de guerre et leurs instantanés ont figé les atrocités des combats.

CIMGP9149

CIMGP9135 CIMGP9136Les armes chimiques telles que le napalm, l’agent orange ou encore la dioxine ont détruit des régions entières et ont surtout causé des dégâts irréversibles chez des milliers de personnes pour plusieurs générations. Ces produits hautement toxiques ont en effet entraîné des modifications de l’ADN et de nombreux bébés naissent encore aujourd’hui avec des malformations ou des maladies mentales. Toutes ces images prennent aux tripes. Nous sommes très mal à l’aise face à ce que nous voyons et nous sortons du musée avec la nausée.

CIMGP9140

CIMGP9138

CIMGP9141 CIMGP9143 CIMGP9142Après la visite d’Hiroshima en août et celle-ci à présent, notre voyage est l’occasion pour nous de plonger dans les pans sombres de l’histoire de manière frontale.

CIMGP9144

A nos yeux, il ne semble pas nécessaire de rester plus d’une journée à Hô Chi Minh Ville. Nous partons donc pour une agence de voyage afin de réserver un bus pour le Cambodge. C’est l’occasion pour nous de découvrir le quartier « routard » de la ville (nous logeons dans un quartier résidentiel) et nous nous sentons en décalage avec l’ambiance du lieu, synonyme de « massage », de fête et de beuveries.

CIMGP9157

Bilan du Vietnam

Si la Chine nous avait laissés circonspects, le Vietnam nous a enchantés ! Vu de notre lointaine France, le Vietnam ne semble pas un si grand pays. Il faut dire qu’avec un voisin septentrional aussi imposant que la Chine, il apparaît bien plus petit sur la carte qu’il n’est en réalité ! Il y a pourtant près de deux mille kilomètres entre Bac Ha et le delta du Mékong et les régions offrent donc une grande diversité de paysages et d’activités.

Nous n’avons pas du tout souffert de la chaleur au Vietnam, sans doute à cause de l’influence maritime qui rend l’atmosphère moins étouffante ? Le climat est très agréable et invite à la détente. Le Vietnam étant ouvert au tourisme depuis plusieurs années, il est facile d’y voyager seul. De fait, nous y étions plus à l’aise qu’en Chine, surtout Noémie qui avait eu un peu de mal à se débrouiller en Chine. Nous avons vraiment pris nos marques dans notre organisation quotidienne au Vietnam, après un mois de voyage « routard » (nous occultons volontairement le Japon car tout y était préparé d’avance). Trouver une chambre, gérer les transports, planifier la prochaine étape… telles sont les problématiques quotidiennes que nous résolvons de plus en plus facilement. Noémie, tant stressée par les transports au Japon et en Chine, est désormais bien plus détendue ! Loïc est devenu le roi du marchandage et nous a fait bénéficier de ristournes conséquentes !

Nous avons été charmés par la chaleur humaine des Vietnamiens, toujours souriants et sympathiques. La nourriture est exquise, très variée et savoureuse. Les plats sont toujours un savant équilibre entre le chaud et le froid, le cuit et le cru, le croustillant et le moelleux. De nombreuses herbes fraîches, de la sauce nuoc mâm, du citron, des pousses de soja, des cacahuètes, du piment… rehaussent les saveurs. Le voyage au Vietnam ne peut se dissocier de la gastronomie !

CIMGP9155Allons faire un tour au Cambodge, pays qui nous semble de prime abord proche du Vietnam mais qui recèle à coup sûr de grandes richesses !

Le delta du Mékong

Samedi 12 et dimanche 13 octobre 2013

Hoi An – Hô Chi Minh Ville en train : 26 heures.

Hoi An – Hô Chin Minh Ville en avion : 1 heure, 5€ de plus par personne.

Le calcul est vite fait : nous prenons l’avion ! Petite déconvenue à l’aéroport de Danang lorsqu’on s’aperçoit que notre avion a été annulé au dernier moment mais on ne s’en sort pas trop mal car il y a un autre vol 30 minutes plus tôt avec une autre compagnie. Nous avons juste le temps de nous faire rembourser nos billets et d’en racheter, ouf ! Mais ce changement de dernière minute nous coûtera un peu plus cher, dommage…

Arrivés à Hô Chi Minh Ville, nous enchaînons les bus pour la gare routière. Nous visiterons l’ancienne Saigon dans quelques jours. En attendant, nous voulons voir le delta du Mékong ! Ce fleuve mythique, l’un des plus grands du monde, prend sa source au Tibet, traverse la Chine sur 4500 km, le Myanmar (Birmanie), sépare la Thaïlande du Laos, arrose le Cambodge et se jette dans la mer de Chine au Sud du Vietnam, formant un grand delta fertile. Il s’agit donc d’une région très peuplée, riche en cultures agricoles telles que le riz ou les fruits.

Nous arrivons à Can Tho dans l’après-midi. C’est la plus grande ville de la région et l’une des portes d’entrée pour découvrir les canaux et cours d’eau qui constituent le delta du Mékong. Nous avons pour projet de faire un long tour en bateau et il faut donc négocier l’itinéraire et le temps de trajet avec les nombreux rabatteurs qui proposent l’activité. Nous n’hésitons pas à faire jouer la concurrence ! Finalement, nous avons rendez-vous à 5 heures du matin le lendemain avec notre pilote. Le réveil n’est pas facile ! Il fait encore nuit lorsque nous atteignons l’embarcadère. Nous nous installons dans notre petit bateau et mangeons quelques unes des petites bananes apportées par notre pilote. Petit à petit, le jour se lève et nous découvrons, enchantés, la vie aux abords du beau Mékong. Le ciel se pare de couleurs rosées et orangées avant de dévoiler un splendide bleu qui ne nous quittera pas de la matinée. Dans un premier temps, les rives du fleuve sont bâties de nombreuses maisons qui s’apparentent plus à des cabanes en tôle. Elles sont pour la plupart ouvertes sur le fleuve et l’on peut voir les gens s’affairer chez eux à faire la cuisine, la lessive, se laver les dents…

CIMGP9013 CIMGP9021 CIMGP9022

Au bout d’une heure de navigation, nous arrivons en vue du marché flottant de Cai Rang. La circulation ayant longtemps été limitée aux seuls bateaux, les habitants de la région se retrouvaient directement sur le fleuve pour commercer. Aujourd’hui, avec la construction des routes, les marchés flottants sont moins nombreux et ceux qui subsistent deviennent plus petits d’année en année. Contrairement à ce que nous imaginions, les bateaux sont plutôt imposants. Pour connaître la marchandise transportée, il suffit de regarder le mât planté à la proue : ici des ananas, là des tubercules, plus loin des oranges… Les marchands ici sont des vendeurs en gros et d’autres commerçants venus en petite barque viennent s’approvisionner chez eux.

CIMGP8712 CIMGP8716 CIMGP8724 CIMGP8706 CIMGP8726 CIMGP8735 CIMGP8731 CIMGP8739 CIMGP8741 CIMGP8749 CIMGP8756 CIMGP8961 CIMGP8982 CIMGP8993

Notre petit bateau se dirige ensuite vers un des nombreux canaux reliés au Mékong. Il s’arrête à une petite manufacture et on se demande bien ce que l’on va faire là ! Il s’agit en fait d’une fabrique de nouilles de riz ! Nous assistons avec curiosité aux différentes étapes de cette petite industrie : comment passer de grains de riz à une nouille ?! Le riz est tout d’abord broyé avec de l’eau. Le liquide qui sort de la machine ressemble au lait de coco. Ce « lait » est ensuite cuit à la vapeur en forme de crêpe. Cette dernière est posée sur une natte en bambou où elle séchera pendant plusieurs jours au soleil. Enfin, deux ouvrières transforment les crêpes sèches en nouilles : l’une passe les crêpes dans une machine qui les découpe et l’autre les réceptionne. Dernier maillon de la chaîne, un ouvrier les emballe dans des colis en papier. C’est très intéressant !

CIMGP8758 cIMGP8768 CIMGP8762 CIMGP8772 CIMGP8780 CIMGP8782

Nous remontons sur notre petit bateau pour aller découvrir un deuxième marché flottant, celui de Phong Dien. Là, nous découvrons un marché tel que nous les avions imaginé avec des petites embarcations sans moteur agglutinées les unes aux autres. Notre pilote se faufile à la rame entre les bateaux. Nous nous régalons d’un ananas fraîchement coupé devant nous en observant les différents marchands. Les bateaux ne sont pas statiques et se déplacent de l’un à l’autre. Soudain, nous entendons des cris comme une dispute et tout le marché se fige pour regarder en direction des bateaux d’où vient l’altercation. Deux marchandes sont en train de s’invectiver et si l’on ne comprend rien à ce qu’elles se disent, le ton employé est très explicite ! Pour les séparer, le mari de l’une d’entre elle a vite pris ses rames pour éloigner son bateau de l’autre ! C’était très drôle!

CIMGP8823 CIMGP8819 CIMGP8830 CIMGP8825 CIMGP8827 CIMGP8831 CIMGP8837 CIMGP8835 CIMGP8838 CIMGP8847 CIMGP8876

Au retour, notre bateau emprunte un petit canal très agréable. Les couleurs du paysage sont particulièrement belles : le marron de l’eau s’accorde aux verts de la végétation. Nous croisons beaucoup d’embarcations qui nous saluent systématiquement et on se fait même offrir des fruits !

CIMGP8897 CIMGP8893 CIMGP8928 CIMGP8931

Nouvel arrêt, cette fois-ci pour découvrir une plantation de fruits. Nous descendons du bateau qui nous attendra quelques centaines de mètres plus loin. Nous longeons les bananiers, papayers, manguiers avec gourmandise ! Pour retrouver notre embarcation, il faut traverser un pont bien rudimentaire, construit en bambou. C’était un peu délicat mais nous nous en sommes sorti sans tomber à l’eau !!

CIMGP8917 CIMGP8921 CIMGP8908

Nous rentrons bien fatigués à Can Tho après une balade de près de huit heures. Cette journée nous a énormément plu. Décidément, chaque étape vietnamienne est riche en belles surprises !

CIMGP9009 CIMGP9005 CIMGP8998

Pour dîner, nous avons repéré la veille une petite place où viennent s’installer des marchands ambulants. C’est un peu le « drive » de la ville car des dizaines de scooters s’y arrêtent pour chercher leur repas. Les plats sont très variés !

CIMGP9065

CIMGP8691
Barquette de riz avec poulet,  saucisse chinoise, pousses de soja, œufs de caille…
CIMGP8685

« pizza » au BBQ : galette de riz, viande hachée, œuf, oignons,… très croustillant !

CIMGP8687

CIMGP9049 CIMGP9055 CIMGP9059