A quoi ressemble un passeport après un tour du monde ?

La réponse en images avec le passeport de Loïc !

Passeport 1 Passeport 2 Passeport 3 Passeport 4 Passeport 5 Passeport 6 Passeport 7 Passeport 8

Vous remarquerez les couleurs quelque peu délavées de certains visas… Ce n’est pas la faute à un trek pluvieux, non, non !

C’est tout simplement le résultat d’un petit tour dans la machine à laver de Valérie à Nouméa… Loïc avait eu la bonne idée de laver son sac photo ! En oubliant les passeports et son permis de conduire à l’intérieur.

Grosse angoisse sur le moment : allions-nous pouvoir franchir la douane ?! Et grosse colère pour Noémie aussi !

Loïc a donc passé sa soirée à glisser du papier toilette entre chaque page, puis à sécher délicatement au sèche cheveux les passeports… Le lendemain, il a fait la tournée des administrations de Nouméa pour vérifier que les données électroniques étaient encore lisibles : pas de machine pour les lire à la mairie de Nouméa et à la police mais des fonctionnaires qui nous invitent à changer d’urgence de passeport ! Heureusement, la police aux frontières nous a rassurés, notre passeport était lisible, ouf !

Sur le coup, nous avions été bien stressés… Mais près d’un an après cet événement, il reste comme l’une des meilleures anecdotes du voyage !

Vous voyez, il est bien rempli ce passeport… Mais il nous reste encore plein de pages à tamponner !

Me Chrey – Bilan du Cambodge

Mardi 22 octobre 2013

Comme à notre habitude, nos prenons notre petit déjeuner au marché. Celui de Siem Reap est aussi un haut lieu de l’achat de souvenirs et nous nous laissons tenter malgré l’éternel problème du poids de nos sacs à dos. Nous avons ensuite prévu de découvrir la campagne et le lac Tonlé Sap, le plus grand lac d’Asie du Sud-Est. Nous répondons donc positivement à la sollicitation d’un tuk-tuk. Il souhaite nous emmener au village flottant de Chong Kneas mais nous avons cru comprendre qu’il est devenu beaucoup trop touristique et a perdu un peu de son charme. Sur les conseils de la famille française rencontrée lors de notre deuxième jour de visite à Angkor nous avons opté pour le village de Me Chrey. Le chauffeur de tuk-tuk n’y est jamais allé, c’est plutôt bon signe pour nous, il ne devrait pas y avoir grand monde ! Nous voilà donc partis pour une bonne demi-heure de trajet, profitant une fois de plus de ce mode de transport bien sympathique. On se demande quand même si le chauffeur sait bien où il va ! Heureusement, un panneau nous informe finalement que nous sommes dans la bonne direction. Nous quittons la route principale pour un petit chemin de terre chaotique. En quelques instants, nous faisons une plongée dans le Cambodge rural. Les maisons sur pilotis se succèdent, les gamins se baignent dans les ruisseaux, les buffles tirent des charrettes. Des milliers d’oiseaux se retrouvent dans les rizières inondées. C’est magnifique !

CIMGP0316 CIMGP0310 CIMGP0622 CIMGP0596Notre chauffeur a un peu de mal à trouver l’embarcadère pour le village flottant et demande son chemin. Nous sommes stoppés quelques dizaines de mètres plus loin, c’est ici qu’il faut payer. Nous sommes un peu estomaqués lorsqu’on nous demande 20$ par personne pour deux heures de bateau ! Nous grinçons un peu des dents… Nous avions été prévenus que l’accès aux villages flottants était devenu un vrai business pour certaines entreprises mais tout de même : c’est aussi cher qu’une journée de visite à Angkor ! Bon gré mal gré nous nous acquittons du droit d’entrée et nous nous dirigeons vers l’embarcadère où l’on nous fait monter dans un gros bateau alors que nous ne sommes que deux ! Ils ne peuvent pas avoir des embarcations plus petites pour les couples ? Mais ce qui nous stupéfait le plus c’est de voir que nous allons être guidés par deux enfants ! Notre chauffeur n’a pas plus de 12 ans et son copain de 8/9 ans est là aussi ! Quand nous leur avons demandé leur âge, ils nous ont dit avoir 15 ans…

CIMGP0520 CIMGP0489Le bateau navigue sur le lac pendant 50 minutes. Lors de la saison des pluies, la superficie du lac augmente considérablement. Tout est inondé autour de nous et seules les têtes des palmiers émergent de l’eau. Nous apercevons enfin les premières maisons flottantes. L’école et l’église sont à l’entrée du village. Une petite île abrite le temple bouddhiste et les maisons sont alignées autour de ce centre.

CIMGP0512 CIMGP0471 CIMGP0478 CIMGP0501 CIMGP0379 CIMGP0353 CIMGP0364 CIMGP0352 CIMGP0336La plupart des habitants du village flottant sont en train de déjeuner. Ces cabanes flottantes sont composées d’une seule pièce à vivre et d’une petite terrasse qui sert de cuisine, salle à manger, etc. D’ailleurs, les enfants de l’école sont rentrés pour déjeuner. Nous les regardons s’amuser avant de remettre leur uniforme et de repartir en barque à l’école.

CIMGP0393 CIMGP0405 CIMGP0409 CIMGP0407 CIMGP0418Ici, comme dans beaucoup de maisons au Cambodge, les gens dorment dans des hamacs. Ils vivent de la pêche. Certaines maisons ont des jardins potagers, des poulaillers et des enclos à cochons qui sont sur des radeaux flottants annexes, cela nous amuse beaucoup ! Quelques foyers vivent également de l’élevage de poissons-chats et de crocodiles. Nous stoppons pour aller voir ces futurs sacs à main…

CIMGP0442 CIMGP0431 CIMGP0414 CIMGP0401Pour déjeuner, nous nous régalons de poisson grillé et de soupe de poisson, huuummm !

CIMGP0410 CIMGP0413Notre balade dans ce village durera près de deux heures. Nous avons apprécié ce moment malgré son coût. Arrivés à l’embarcadère, le plus jeune des gamins qui nous accompagne a le culot de nous demander un pourboire de 10$ ! En voilà un qui ne perd pas le nord !

CIMGP0366 CIMGP0425 CIMGP0451 CIMGP0464 CIMGP0477 CIMGP0568 CIMGP0535Le lendemain, nous retournerons à Phnom Penh où nous passerons une dernière nuit avant de nous envoler pour Kuala Lumpur en Malaisie !

Bilan du Cambodge

Le Cambodge aura été une petite étape d’une semaine dans notre long voyage et ces quelques jours passés dans ce petit pays nous ont énormément plu.

Le Cambodge est un pays beaucoup moins peuplé que le Vietnam et donc moins urbanisé. Nous nous souviendrons longtemps du décalage entre Hô Chi Minh Ville et Pnom Penh ! Dans la première, il est difficile de traverser la rue sans se faire percuter par un scooter, dans l’autre, nous sommes parfois seuls dans les rues sur nos vélos !

Ces deux pays ont connu une histoire contemporaine troublée, pour ne pas dire tragique, mais sont aujourd’hui tournés vers l’avenir. Le Cambodge a un peu plus de mal que le Vietnam a se relever économiquement. Le visage de la pauvreté nous a frappé pour la première fois depuis notre départ. Il y a beaucoup de mendiants dans les rues : petits enfants, vieillards, estropiés… Des annonces nous sensibilisant au problèmes de la prostitution et de la pédophilie sont présentes partout : à l’arrière des tuk-tuk, dans les hôtels, au verso des plans de ville… Lire ces informations nous a mis mal à l’aise et nous a ouvert les yeux sur ce fléau. Nous avons aussi été choqués à Angkor de voir ces petits vendeurs de souvenirs mais surtout ces enfants qui accourent vers les groupes pour réclamer des bonbons. Les touristes nous ont encore plus choqué en leur lançant des bonbons et en les prenant en photo. Ils font la même chose avec les singes quelques minutes après… Le tourisme est un atout pour le Cambodge mais espérons qu’il soit à l’avenir exploité plus intelligemment. Cela ne nous semble pas encore vraiment le cas à l’heure actuelle. Les temples d’Angkor sont gérés par une société hôtelière qui appartient à un grand groupe pétrolier. Les populations des villages flottants ne voient pas grand chose des 20$ que nous devons payer pour aller les voir… Malgré tout, le tourisme fait vivre de plus en plus de personnes au Cambodge et le niveau de vie s’améliore progressivement.

Les Cambodgiens sont des gens chaleureux, souriants, accueillants. Combien de fois avons-nous échangé des blagues avec les chauffeurs de tuk-tuk ! Par exemple, quand ils nous proposaient un trajet dans Pnom Penh et que nous répondions que nous allions à Seam Reap (400 km plus au Nord), ils s’amusaient à nous dire « ok ! One dollar for you !! ». Les jeunes ont un niveau d’anglais tout à fait correct et nous avons pu discuter plusieurs fois avec eux. Les hommes sont passionnés de foot et suivent le championnat de France avec passion, pariant sur les résultats des matchs !

Le Cambodge regorge de lieux superbes à voir. L’architecture du palais royal et des temples récents ainsi que la présence des moines bouddhistes ont rappelé avec plaisir à Loïc son séjour en Thaïlande et au Laos. Quant aux temples d’Angkor, nous pourrions utiliser des dizaines de superlatifs pour les décrire. Enfin, la campagne cambodgienne, ses palmiers et ses rizières inondées par les crues, ont été un régal pour les yeux.

La cuisine n’est pas en reste ! Ici, nous nous sommes régalés de plats en sauce accompagnés de riz et nous n’oublierons pas de sitôt nos petits-déjeuners sur les marchés. Nous nous sommes littéralement gavés de gâteaux de riz, de flans coco, de tapioca à la banane et au lait de coco sans oublier les fruits : ananas, mangues, fruits du dragon, ramboutans… Rien que d’écrire et de relire ces mots, nous sommes déjà nostalgiques !

Angkor à vélo – 2ème partie

Lundi 21 Octobre 2013

C’est déjà notre dernier jour de visite à Angkor. Alors pas de temps à perdre, on pédale vite sur la route des temples que l’on commence à bien connaître ! Petite pause pour acheter des fruits auprès d’une vendeuse ambulante au bord de la chaussée et hop, c’est reparti pour une immersion dans l’empire khmer !

Nous pénétrons dans Angkor Thom, l’enceinte fortifiée de la dernière capitale de l’empire. Les portes qui percent la muraille sont ornées de gros visages de bodhisattva (souvenez-vous, ce sont des bouddhas qui renoncent au nirvana pour aider les hommes). Devant elles se tiennent de chaque côté de la chaussée 54 statues de dieux et 54 statues de démons. Elles tiennent un naga, le serpent à sept têtes, gardien des trésors de la terre et lien entre les dieux et les hommes. Cette scène représente la légende du barattage de la mer de lait, grand mythe hindou.

CIMGP9895 CIMGP0132Au centre d’Angkor Thom se trouve l’un des temples les plus célèbres du site, le Bayon. Nous étions passés devant son imposante silhouette la veille et il fait partie des temples que nous avons le plus envie de voir. Malheureusement, le site est envahi par la foule. Arrivés à 9 heures en même temps que les bus, nous devons subir un débarquement de groupes ! Pour un peu, on se croirait parachuté en Chine ! Il nous est impossible de profiter pleinement du site : les brouhahas et les bousculades ne laissent pas de place à la contemplation. Nous ne parviendrons même pas à monter au sommet du temple tant il y a des embouteillages dans les escaliers ! Déçus, nous partons en direction d’autres temples.

CIMGP9926 CIMGP9935

Nous revenons au Bayon après déjeuner et là, la magie opère. La foule est partie… Les excursions suivant toutes le même itinéraire, une fois qu’on le connaît, on peut les éviter ! La structure du temple est beaucoup plus complexe que celle des temples visités jusque là. Les différents étages associés aux multiples entrées complexifient la vision d’ensemble du bâtiment. Au premier niveau, une grande fresque de bas-reliefs raconte la guerre menée par le roi Jayavarman VII contre les Chams. Nous avions découvert les Chams à My Son au Vietnam. C’est ce peuple qui avait mis à sac Angkor ! Le roi Jayavarman VII a finalement réussi à les battre et a immortalisé son glorieux exploit dans ce temple qu’il a fait construire.

CIMGP9931 CIMGP9930 CIMGP9929Au sommet, les nombreuses tours (49 à l’origine ; 37 sont encore debout) le différencient d’autant plus des autres monuments d’Angkor. Le Bayon est surtout célèbre pour ses multiples visages de bodhisattva sculptés dans la pierre. Difficiles à discerner d’en bas, ils se révèlent progressivement au visiteur au fur et à mesure que l’on monte les marches qui mènent au sommet. Selon la lumière et la position où l’on se trouve, d’autres visages apparaissent. Nous nous sentons surveillés !

CIMGP0042 CIMGP0060 CIMGP0109_10_11_12_13 CIMGP0076 CIMGP0074 CIMGP0120_1_2_3_4 CIMGP0087Entre nos deux visites au Bayon, nous découvrons le Phimeanakas, entouré par les douves.

CIMGP9940Loïc devra monter seul au Baphuon car Noémie a eu la « bonne » idée de mettre un débardeur et ce n’est pas une tenue décente pour ce temple qui est encore un lieu de culte !

CIMGP9994_5_6_7_8 Stitched Panorama CIMGP9947_48_49_50_51 CIMGP9991Devant ces deux temples se trouve une grande plate-forme, la terrasse des lépreux qui abrite des sculptures délicatement ouvragées de divinités, d’animaux et d’apsaras.

CIMGP0011_2_3_4 CIMGP0020Notre visite du site d’Angkor s’achève en apothéose avec le temple-phare du site, Angkor Vat. La longue allée qui y mène préfigure la taille de la structure.

CIMGP0136C’est le plus grand bâtiment religieux au monde. Construit à la même époque que Notre-Dame de Paris, il abrite encore des cérémonies religieuses bouddhistes. Ses sculptures et bas-reliefs sont splendides. Les longs couloirs se succèdent et nous amènent dans différentes salles et cours. Au centre, les hautes tours symbolisent le royaume des dieux.

CIMGP0160 CIMGP0168 CIMGP0165 CIMGP0178 CIMGP0179_80_81 CIMGP0192 CIMGP0205 CIMGP0225 CIMGP0226 CIMGP0239_40_41_42_43 CIMGP0283_4_5_6_7Notre retour vers la civilisation moderne se fait sous une pluie battante (nous y avions échappé jusque là à vélo mais il fallait bien que l’on se mouille au moins une fois). Peut-être que nous avons vu un peu moins de temples que si nous étions motorisés mais nous avons adoré le vélo comme moyen de locomotion ! Ces trois jours passés sur le site d’Angkor ont été exceptionnels. Une ambiance particulière règne en ces lieux. Chaque temple est unique et à ses propres particularités. On ne peut pas être lassé !

CIMGP0147

Angkor à vélo – 1ère partie

Dimanche 20 Octobre 2013

Pourquoi avoir décidé de visiter Angkor à vélo et non en tuk-tuk ? Si le coût de location du vélo a été un argument de poids, nous avons surtout choisi cette option pour aller plus lentement, découvrir les temples petit à petit au détour d’un virage et aussi faire une activité physique !

Le premier jour, nous pédalons une petite heure en direction du Banteay Kdei. La route est très, très agréable. Elle est plate et en bon état et la forêt qui nous entoure nous apporte un peu de fraîcheur. Comme la veille, nous sommes presque seuls dans ce temple. Mais où sont donc passés les autres touristes ?!!

CIMGP9661_2_3_4_5 CIMGP9654_5_6_7_8CIMGP9624_5_6_7_8 CIMGP9609_10_11_12 CIMGP9586Une fois de plus, nous sommes séduits par l’architecture de ce nouveau temple. Ce qui nous plait particulièrement ce sont les représentations d’apsaras qui, dans la mythologie hindoue, sont les danseuses divertissant les dieux. Elles symbolisent les plaisirs des sens et de l’esprit. Pas évident de les imiter !

CIMGP9594 CIMGP9590 CIMGP9587CIMGP9639 CIMGP9641 CIMGP9631CIMGP9619_20_21_22_23Nous sommes tellement séduits par ce temple et ses sculptures que nous nous laisserons tenter par l’achat d’une statue en bois représentant une apsara. Le hic, c’est qu’elle est plutôt imposante et que nous sommes très limités en poids et en volume ! Le vendeur de souvenirs nous a bien amusés car, nous voyant hésiter, il baissait, baissait le prix mais ce qui nous importait nous n’était pas tant le prix de la statue que son transport ! Finalement, nous avons craqué…

La question des souvenirs est une réelle problématique pour nous. Bien sûr, les photos de Loïc resteront sans aucun doute la plus belle trace de notre voyage. Le blog est aussi un très bon élément pour se remémorer les événements. Mais malgré tout, nous sommes attachés aux souvenirs matériels. Envoyer les souvenirs par la poste se révèle être une solution très coûteuse (50€ pour trois kilos pour notre premier colis). Nous devons donc nous restreindre et ce n’est pas toujours facile ! A Angkor, la plupart des vendeurs de cartes postales et petits souvenirs sont des enfants âgés de moins de dix ans. Ils maîtrisent toutes les ficelles du rabattage et cela nous gêne beaucoup. Nous nous refusons à leur acheter quoi que ce soit. Nous nous doutons bien que si des familles poussent leurs enfants à faire ces petits métiers, c’est qu’elles n’ont pas trop le choix mais tout de même : en achetant, nous entretenons le système. Beaucoup d’enfants réclament aussi des bonbons. Les touristes japonais et chinois s’amusent à leurs en lancer et les photographient en train de se bousculer pour les attraper. Ces scènes nous ont choqués… Si on ne peut pas ignorer la pauvreté au Cambodge, s’y retrouver confronté de cette façon déstabilise.

Au déjeuner, nous faisons la connaissance d’une sympathique famille française (et oui, ce sont les vacances de la Toussaint !) qui connaît déjà un peu le Cambodge et avec qui nous partageons nos impressions sur Angkor. Nous glanons un bon plan pour visiter un village flottant avant notre départ de Siem Reap !

CIMGP0290

Fanta letchi et bière locale… parfait pour nous désaltérer !

Nous enfourchons nos vélos pour passer l’après-midi dans l’un des temples les plus célèbres d’Angkor, le Ta Prohm. C’est le temple qui est enfoui dans la jungle !

CIMGP9684_5_6_7_8Stitched PanoramaLe Ta Prohm est envahi de fromagers, ces immenses arbres aux racines spectaculaires. Les arbres détruisent peu à peu le temple et si l’on coupait l’arbre, les pierres s’écrouleraient ! Ah oui, nous avons trouvé les autres touristes ! Ils sont au Ta Prohm !! Loïc réussit de façon admirable à les occulter de ses photos.

Stitched Panorama CIMGP9822 CIMGP9836_37_38_39_40 CIMGP9784 CIMGP9736_7_8 CIMGP9722Comme la veille, une grosse averse nous pousse à nous abriter à l’intérieur du temple. Ces pluies tropicales sont vraiment fortes ! On est rincés en quelques secondes ! Heureusement que nous avons nos ponchos estampillés « semi-marathon de Paris » pour continuer la visite lorsque la pluie se calme un peu (ainsi, nous sommes vite catalogués « Français sportifs », ce qui plaît beaucoup à Noémie qui ne connaît du semi-marathon de Paris que la ligne de départ et d’arrivée d’où elle encourage Loïc et lui garde ses affaires…).

CIMGP9850Nous n’imaginions pas le Ta Prohm si grand. Nous nous amusons à nous perdre dans des couloirs accessibles après avoir escaladé des pierres écroulées.

CIMGP9742_3_4CIMGP9747CIMGP9788CIMGP9793_4_5_6_7CIMGP9798_799_800_801_802CIMGP9821CIMGP9854CIMGP9702_3_4_5_6  Stitched PanoramaCIMGP9666_67_68_69_70

L’une des entrées du temple.

CIMGP9673Fidèles à notre nouveau rituel, nos achevons notre journée à Angkor Vat en profitant du coucher de soleil sur le temple tout en dégustant du riz gluant cuit dans du bambou et des ananas. Heureusement que nous avons loué des vélos avec lumière (éclair de lucidité) car nous devons parcourir les 10km jusqu’à Siem Reap dans la nuit noire !

CIMGP9905_6_7_8_9CIMGP9920De retour en ville, nous nous retrouvons un peu par hasard au restaurant d’une guest house fréquenté quasi-exclusivement par des Japonais. Nous passons donc notre soirée en compagnie de trois Japonais anglophones (oui, oui, ça existe !) à échanger nos impressions sur ce fabuleux pays et à leur parler de la France. Loïc a eu la bonne idée à Roissy d’acheter une carte postale représentant les grands monuments parisiens et elle est très utile pour lier des conversations avec les locaux ou d’autres voyageurs étrangers qui ne connaissent pas la capitale française.

Angkor en tuk-tuk

Vendredi 18 et Samedi 19 Octobre 2013

Notre court séjour au Cambodge a principalement été motivé par la perspective de visiter les temples d’Angkor. L’image du célèbre Angkor Vat, que l’on retrouve partout ici, du drapeau à la bière, est omniprésente dans nos esprits… Alors, en route pour le Nord-Ouest du pays !

Nous prenons un bus de bonne heure (avec nos gâteaux de riz et flans coco) pour Siem Reap, la grosse ville située à quelques kilomètres des temples. La route n’est pas en très bon état et le bus mettra près de 8 heures pour faire 350 km ! Derrière la fenêtre défilent des rizières à perte de vue. Elles sont si inondées qu’on a l’impression de rouler sur une digue ! Heureusement que les maisons ici sont construites sur pilotis. Des palmiers donnent un peu de relief à ce vert paysage. La campagne cambodgienne est superbe.

CIMGP9498A Siem Reap, nous nous installons dans une guest-house qui se révélera peu agréable (bruit, fourmis, eau froide). Nous n’y resterons que deux nuits avant de déménager pour la guest-house située de l’autre côté de la rue. Avec notre chauffeur de tuk-tuk, Mister Lucky (nous ne connaîtrons pas son vrai prénom), nous organisons notre séjour. Nous avons prévu de visiter les temples éloignés en tuk-tuk pendant une journée et les temples les plus proches de Siem Reap à vélo pendant les deux jours suivants. Comme il n’est que 16h30, on a le temps de filer prendre nos billets (40$ par personne pour trois jours) et de profiter d’un premier coucher de soleil sur Angkor Vat. Notre tuk-tuk emprunte une longue route en ligne droite dans la jungle. Il tourne à gauche, nous longeons une vaste étendue d’eau. Il tourne à droite et là, à notre droite, se dresse le majestueux temple d’Angkor Vat. Cette si célèbre silhouette est enfin sous nos yeux… A pied, nous empruntons la longue allée de pierre qui conduit au temple un peu émus. Plus nous nous approchons de l’édifice et plus nous réalisons que nous vivons un moment très fort. A cette heure-ci, les groupes de touristes ont déserté l’endroit et il n’y a que quelques couples qui errent comme nous entre les vieilles pierres au gré de leurs envies. Ce soir, nous voulons juste nous imprégner de l’atmosphère des lieux. Nous gardons la visite proprement dite d’Angkor Vat pour le dernier jour. Au détour d’un couloir sombre, une silhouette couleur safran s’approche de nous. C’est un moine qui est là pour une cérémonie. En effet, nous entendons au loin, tout en haut dans les tours du temples, des chants religieux. Il engage spontanément la conversation et nous bavardons tranquillement avec lui tout en déambulant dans le temple. Nous n’aurons pas le droit de l’accompagner à sa cérémonie et nous nous dirigeons vers la sortie. Le soleil commence doucement à décliner face au temple qui se plonge peu à peu dans l’ombre. Les nuages se parent de rose, de jaune et d’orange. Un orage éclate. Nous resterons là, pendant près d’une heure, jusqu’à être chassés par les gardes du site dans la nuit noire.

CIMGP9342_3_4_5_6 CIMGP9332_3_4_5_6 CIMGP9354 CIMGP9356Samedi matin, 6 heures. Nous préparons rapidement des sandwiches pain-omelette pour petit-déjeuner en route et filons avec Mr Lucky à plus de 30 km de là, au Banteay Srey, le premier temple que nous avons prévu de visiter. Avant d’entrer dans la description proprement dite de la journée, accordons-nous un petit point historique pour planter le décor : vous n’êtes sûrement pas parfaitement au fait de l’histoire d’Angkor. Du IXe au XVe siècles, Angkor était la capitale de l’Empire khmer. C’était une ville immense, peuplée de près d’un million d’habitants à son apogée ! De nombreux rois ont marqué leur règne par la construction d’un temple dédié à l’hindouisme ou au bouddhisme. C’est tout ce qu’il nous reste aujourd’hui de cette cité, toutes les autres constructions ayant été bâties en matériaux moins durables – la pierre étant réservée au sacré. La capitale de l’empire fut déplacée à Phnom Penh au XVe siècle et les temples s’endormirent pour plus de 300 ans, peu à peu envahis par la jungle. C’est l’explorateur français Henri Mouhot qui redécouvrira ces merveilles au XIXe siècle et les fera connaître au monde. Les temples sont pour beaucoup détruits par la jungle et devront être reconstruits pierre par pierre, comme un immense puzzle !

CIMGP9410 CIMGP9411Le Banteay Srei est l’un des premiers temples à avoir été reconstruit. Une petite exposition présente d’ailleurs des photos des travaux. Lorsque nous le découvrons, il est d’emblée un coup de cœur pour nous. Nous sommes séduits par sa couleur rose et surtout par ses délicates sculptures. Chaque pierre est ornée de fins dessins figuratifs ou non, c’est splendide. La beauté des lieux est d’autant plus palpable que nous sommes presque seuls.

CIMGP9409 CIMGP9384_5_6_7_8 CIMGP9367 CIMGP9365 CIMGP9363 CIMGP9361 CIMGP9370 CIMGP9369 CIMGP9395 CIMGP9373 CIMGP9377_78_79_80_81 CIMGP9408Notre tuk-tuk nous conduit ensuite à Kbai Spean afin de voir la rivière aux Mille Linga, perdue dans la jungle. Un petit sentier de deux kilomètres serpente dans une végétation dense faite de lianes et d’arbres. De gros rochers jalonnent le chemin. Nous découvrons la jungle pour la première fois de notre séjour ! Il faudra que l’on s’habitue à sa chaleur moite ! Lorsque nous arrivons à la rivière, le niveau d’eau est assez haut. Nous avons un peu de mal à distinguer les sculptures taillées au fond de la rivière mais, en écoutant adroitement un guide qui accompagne un couple, nous arrivons à les repérer ! Des divinités hindoues, des animaux ont été sculptés là par les khmers à l’époque d’Angkor. Lorsque l’on descend vers l’aval, en direction d’une jolie cascade, on remarque des centaines de linga dans le lit du cours d’eau. Les linga sont des symboles phalliques qui représentent le dieu créateur Shiva. Associés aux yoni (représentations du sexe de la femme), ils incarnent l’Univers.

CIMGP9490_1_2 CIMGP9484_5_6_7_8 CIMGP9425 CIMGP9418 CIMGP9430 CIMGP9438 CIMGP9446 CIMGP9452 CIMGP9450 CIMGP9479_80_81_82_83Stitched PanoramaAprès déjeuner, notre tuk-tuk nous conduit au site principal d’Angkor. Le trajet dure près d’une heure et on apprécie bien ce nouveau moyen de locomotion ! Le vent rafraîchit un peu l’atmosphère qui est étouffante en milieu de journée. Nous prenons le temps d’admirer la campagne alentour.

CIMGP9497

Toujours dans notre optique de profiter du tuk-tuk pour visiter les temples les plus éloignés de Siem Reap, nous demandons à Mr Lucky de nous conduire au Mébon Oriental, un très grand temple presque vide à cette heure-ci. Les sculptures d’éléphants nous plaisent beaucoup.

CIMGP9508_09_10 CIMGP9505 CIMGP9518 CIMGP9514_5_6

Pour terminer notre escapade en tuk-tuk, nous escaladons le Prè Rup, un immense temple-montagne dont les tours surplombent la jungle. La vue est sensationnelle. Nous imaginons la jungle telle qu’elle était il y a 150 ans, cachant des dizaines et des dizaines de temples. Le ciel devient de plus en plus menaçant et une belle averse nous contraint à nous abriter sous le porche d’une tour.

CIMGP9558 CIMGP9569 CIMGP9528 CIMGP9522_3_4 CIMGP9545_6_7_8_9

Cette première journée à Angkor nous a donné un formidable aperçu de la richesse du site. Nous avons pris la décision de découvrir les temples crescendo, allant des moins célèbres aux plus emblématiques et déjà nous sommes époustouflés par ceux que nous avons vus. Quelle va donc être notre ressenti face au Bayon ou au Ta Prohm, reconnus comme étant parmi les plus beaux temples d’Angkor ?!

Phnom Penh

Mercredi 16 et jeudi 17 octobre 2013

Le trajet entre Hô Chi Minh Ville au Vietnam et Phnom Penh au Cambodge s’est déroulé sans encombre. Nous sommes montés à bord du bus le plus kitsch de l’histoire des transports en commun : rideaux à volants et dentelles, petits pompons et karaoké sur fond de clip digne des années 70 (avec chorégraphies s’il vous plait). Deux heures de route seulement nous séparent de la frontière. Le responsable du bus collecte les passeports et les 25$ par personne nécessaires à l’obtention du visa. Nous avons juste à descendre sans nos bagages pour passer la frontière et agrandir notre collection de tampons douaniers.

CIMGP9160 CIMGP9162

Afin de ne pas revivre notre mésaventure d’Hanoi (où nous avions été lâchés au milieu de nulle part), nous nous enquerrons auprès de l’accompagnateur de l’arrêt final du bus. En fait, il passe tout près du quartier où nous avons décidé de loger et le chauffeur accepte de nous y déposer. A peine descendus du bus, deux chauffeurs de tuk-tuk se pressent à notre rencontre ! Après les « Hello ! Bamboo ?! » en Chine et les « motobike ?! » (taxi-moto) au Vietnam, nous devons maintenant refuser avec amusement les « tuk-tuk » cambodgiens ! Ce sont des petites remorques à deux roues avec deux banquettes et un toit attachées à l’arrière des motos. C’est un moyen de transport pas cher et pratique mais pour l’instant, nous n’en avons pas besoin ! Après avoir comparé deux guest-houses, nous prenons nos quartiers dans notre première chambre sans eau chaude du séjour (brrrr) et filons au marché pour dîner. Nous arrivons un peu trop tard mais nous y retournerons pour le petit-déjeuner le lendemain !

CIMGP9320 CIMGP9322Pour visiter Phnom Penh, nous avons opté pour l’option « vélo ». D’une, c’est pas cher, et de deux, la ville est plate et peu étendue. Et il y a beaucoup, beaucoup, moins de circulation qu’au Vietnam ! Nous filons comme convenu au marché. Il est installé dans un grand bâtiment construit à l’époque coloniale et rénové très récemment avec le concours de l’État français. Depuis le début de notre séjour en Asie, nous avons mangé des kilos et des kilos de riz mais nous n’avons pas vraiment trouvé de dessert fait à partir de cette céréale (et très peu de desserts tout court d’ailleurs). Au Cambodge, enfin, nous découvrons des étals entiers de gâteaux ! Dur dur de choisir tant tout à l’air bon : flans coco, gâteaux de riz, gâteaux patate douce, nems sucrés… et le must du must : tapioca au lait de coco et à la banane ! Associez cela à de bons fruits frais et vous obtenez le meilleur petit-déjeuner mangé depuis notre départ !!

CIMGP9178 CIMGP9181 CIMGP9180CIMGP9325Nous avons bien traîné au marché et l’heure tourne. Nous nous dépêchons de pédaler en direction du palais royal qui ferme pendant l’heure du déjeuner. Lorsqu’on l’aperçoit, Noémie est stupéfaite par la beauté de son architecture ! Loïc bien sûr est tout autant séduit par les bâtiments mais il est moins surpris du fait d’en avoir vu des semblables en Thaïlande et au Laos.

CIMGP9197 CIMGP9205Stitched PanoramaLe palais royal est interdit à la visite mais nous sommes là pour ses jardins et pour sa Pagode d’Argent. Il s’agit d’un très grand temple qui tire son nom du fait que son sol est recouvert de centaines de dalles d’argent massif pesant plus de deux kilos chacune ! La plupart sont recouvertes de tapis pour les protéger (seul le roi à l’honneur de les voir toutes lorsqu’il vient) mais on peut en découvrir quelques mètres carrés à l’entrée. La pièce doit être rutilante lorsqu’elles sont découvertes! Ce sol majestueux n’est qu’un élément parmi les centaines d’autres pièces exceptionnelles du temple. On y trouve notamment un bouddha d’émeraude en cristal de baccarat et un bouddha grandeur nature en or orné de milliers de diamants. Vous ne pourrez qu’imaginer le luxe de ce bâtiment car il est interdit d’en photographier l’intérieur… Dans les jardins du palais, autour de la pagode d’argent, se dressent d’imposantes stupas royales, c’est-à-dire des monuments funéraires.

CIMGP9209 CIMGP9210 CIMGP9220 CIMGP9247 CIMGP9251 CIMGP9260

Nous reprenons nos vélos pour chercher à déjeuner. On atterrit dans une cantine où Loïc se régale de petits crabes terrestres tandis que Noémie savoure un riz avec une soupe à la citronnelle délicieuse. Au fait, sachez qu’au Cambodge cohabitent deux monnaies, le dollar américain et le riel. On ne trouve que des dollars dans les distributeurs. La monnaie est rendue en riels sur les petits montants tels que les repas ou les achats au marché. Il faut donc jongler entre les différents billets !

CIMGP9262 CIMGP9264

Nous poursuivons notre visite de la charmante capitale cambodgienne par le musée national qui abrite une somptueuse collection de statues et autres objets des temples d’Angkor. Voici une bonne introduction aux célèbres temples que nous découvrirons dans quelques jours ! Nous apprenons quelques rudiments sur leur histoire, les rois qui sont à l’origine de leur construction, les subtilités de leur architecture, sans oublier bien sûr les éléments religieux relatifs au bouddhisme et à l’hindouisme. Le musée en lui-même est un bâtiment très agréable, construit autour d’un joli patio. Nous y apprenons également le déroulement des rituels funéraires royaux avec des objets, des vidéos d’archives et des photographies.

CIMGP9271 CIMGP9276 CIMGP9274 CIMGP9273 CIMGP9278

Nous grimpons ensuite le point culminant de Phnom Penh, le Vat Phnom, une petite colline où se dresse un temple. Nous y prenons notre goûter, des ramboutans : des fruits qui ressemblent à des litchis poilus !

CIMGP9188CIMGP9298_299_300 CIMGP9285 CIMGP9288 CIMGP9291 CIMGP9292

Notre après-midi s’achève au bord du Mékong où nous regardons les pêcheurs et les joueurs de volley-ball. Il y a beaucoup de mendiants sur la promenade qui borde le fleuve. Cela nous rappelle que le Cambodge est l’un des pays les plus pauvres d’Asie…

CIMGP9303 CIMGP9311 CIMGP9315