Huacachina

Dimanche 15 juin 2014

Huacachina est pour nous une courte halte d’une après-midi et d’une nuit au milieu d’un très long parcours en bus.

Depuis Cusco, nous voulons en effet rejoindre Huaraz, dans la Cordillère Blanche. Il n’y a pas moins de 36 heures de bus entre ces deux villes ! Nous avons beau être rodés en terme de bus, l’évocation de ce long trajet nous a fait pâlir. Pour mieux le supporter, nous décidons de faire une micro-étape. Nous avions le choix entre Nazca, Huacachina et Lima. Nous éliminons d’emblée la première. Survoler les célèbres lignes coûte très cher et les avions sont réputés dangereux (les crashs sont fréquents !). Quant à Lima, nous devons y passer pour notre vol de retour vers la France. Nous visiterons donc la capitale péruvienne à ce moment-là. Reste donc Huacachina ! Cela tombe bien, le lieu à l’air sympa.

Le gros bus de nuit qui nous y mène, tout neuf, est particulièrement confortable. Comme la dernière fois, une hôtesse est à nos petits soins, nous avons un repas chaud et des films. Par contre, les multiples virages de cette route de montagne nous ont empêché de dormir !

CP1120596Tout le littoral pacifique péruvien est bordé d’un immense désert traversé du Nord au Sud par la célèbre route panaméricaine. Dans la région d’Ica, à cinq heures de route au Sud de Lima, s’étendent d’immenses dunes de sable qui n’ont rien à envier à leurs cousines du Sahara. Ce sont en effet les dunes de sable les plus hautes du monde ! Elles sont aux portes de la ville et, vues du bus, elles nous donnent vraiment l’impression d’avoir été téléportes en Afrique !

Huacachina est une oasis au sens propre du terme : un plan d’eau entouré de palmiers au milieu du désert !

CIMGP3548Autrefois, c’était un lieu de villégiature des élites de Lima. Aujourd’hui, c’est un endroit où pullulent des hôtels avec piscine pour jeunes fêtards. Les chambres y sont plus chères qu’ailleurs dans le pays. Entre bars et boites de nuit, les jeunes routards grimpent sur les dunes en énorme buggy pour les dévaler en sandboard. Le principe est le même que le snowboard sauf que les planches sont en bois et qu’on y attache ses baskets avec des velcros… Pas très sécurisé tout cela… Beaucoup préfèrent dévaler les pentes en mode luge, c’est-à-dire allongés à plat ventre sur la planche. L’activité ne nous intéresse pas. Nous voulons juste nous balader dans les dunes et nous donner l’impression d’être perdus dans le désert…

Sauf qu’au détour d’une rue, nous tombons sur un gars en train de nettoyer des skis ! De vrais skis de montagne ! Ce mec un peu fêlé, c’est un jeune Suisse qui vient de monter sa boite. Loïc est très tenté par l’expérience ! Noémie, elle, pourra profiter d’un tour en buggy et d’une balade dans les dunes.

Mais avant de dévaler tout schuss les dunes, il faut s’entrainer. Nous grimpons à pied une première dune. Les mollets souffrent, surtout ceux de Loïc qui porte de grosses chaussures de ski ! Il n’en revient pas d’être en short et tee-shirt avec ses skis à la main.

CP1120597 CP1120608 Cette première descente du style « pente école » permet d’ajuster sa technique, légèrement différente sur le sable. De plus, avant chaque descente il faut « farter » ses skis avec une bougie ! Les skis aux pieds, les bâtons dans les mains (sans gant), point de bonnet ni d’anorak, c’est parti, tout droit dans la pente. La vitesse augmente tout doucement et alors les virages peuvent commencer…. Les sensations sont là… le froid en moins ! C’est extra!

CIMGP3516Mais déjà tout s’arrête, le bas de la dune est atteint. Il faut déchausser et remonter la pente à pied, c’est beaucoup moins fun. Puis, un énorme buggy nous conduit avec des sandboardeurs dans les dunes éloignées. Que c’est beau tout ce sable à perte de vue !

CIMGP3521 CIMGP3522 CIMGP3523Le buggy nous dépose en haut des plus hautes dunes et c’est avec plaisir qu’il n’y a plus qu’à savourer la descente. Skier au milieu de ce paysage de désert est vraiment surréaliste.

CIMGP3526Noémie, pendant ce temps, dévale les pentes en courant et se fait des petites frayeurs en buggy ! Le chauffeur s’amuse à tourner au dernier moment, à descendre des dunes très pentues… on se croirait dans un manège de fête foraine.

CP1120602 CP1120606 CP1120609Cet après-midi a parfaitement rempli ses objectifs : nous faire oublier les longues heures en bus. Des le lendemain matin, nous partons pour Huaraz… 20 heures de trajet…

Publicités

2 réflexions au sujet de « Huacachina »

  1. Coucou, on sera a Huacachina demain, vos photos font rever… Avez vous un hotel sympa a nous conseiller?
    Bonne route.

  2. Ping : La cote atlantique : Swakopmund et Walvis Bay | safari de noces

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s