La Vallée Sacrée

Lundi 9 et mardi 10 juin 2014

La superbe vallée de l’Urubamba s’étend à 15 km de Cusco à vol de condor. Outre de beaux paysage, on y trouve de nombreux sites archéologiques de l’époque inca. De là vient donc son surnom de sacrée. A Cusco, une multitude de tour-opérateurs proposent des circuits à la journée pour en visiter ses sites phares. Mais nous n’avons pas envie de nous faire traîner d’un lieu à l’autre en minibus et d’avoir un temps chronométré dans les ruines. Fidèles à nous-mêmes, nous allons partir en bus public ! Ce qui est bien, c’est que maintenant on se débrouille pas trop mal en espagnol (par contre, on a été obligés de perdre notre accent argentin !) et obtenir des infos pratiques auprès des gens dans la rue ou aux guichets est très aisé. Et puis les offices de tourisme péruviens sont au top ! Alors nous laissons nos gros sacs à notre hôtel et partons léger pour quelques jours au temps des Incas.

Première étape : Pisac, sa forteresse et son marché artisanal. Le bus démarre et le conducteur met son auto-radio mp3 en marche… « Tchoukoutchouk tchoukoutchouk tchoukoutchouk » pour le rythme, une fille à la voie criarde au micro… Pas de doute possible, nous sommes bien dans le bus public ! Le bus public sans cumbia, ça n’existe pas ! Pendant que nos oreilles s’abreuvent de cette charmante musique, nous découvrons à travers les vitres du bus le cadre de la Vallée Sacrée, ses montagnes et ses ruines à chaque virage. Elle porte bien son nom cette vallée !

Une fois à Pisac, nous nous achetons des sandwichs et partons à l’assaut de sa forteresse ! Construite au sommet d’une colline, cette citadelle domine le village. Pour y arriver, il nous faut gravir un sentier escarpé parmi les anciennes terrasses incas. Nous ne regrettons pas les deux heures de montée : les terrasses forment de grandes courbes gracieuses sur les flancs de la montagne.

CIMGP3114Les escaliers pour passer de l’une à l’autre sont rares car ils accentuent l’érosion. Les différents niveaux sont donc reliés par des pierres disposées en diagonale dans les murs. Nous aurions aimé voir ces terrasses cultivées mais malheureusement les paysans d’aujourd’hui leur préfèrent des champs plats ! Nous ne pouvons que les imaginer prêtes à récolter.

CIMGP3110 CIMGP3115Tout en haut de la montagne se trouve l’immense citadelle de Pisac. Ce lieu imposant gardait l’entrée de la Vallée Sacrée mais aussi un col donnant accès à la jungle, au Nord-Est. Et oui ! La jungle est tout près ! On ne s’en rend pas encore compte mais ce sera le cas dans quelques jours lorsque nous irons au Machu Picchu, à quelques dizaines de kilomètres d’ici. La citadelle se compose d’un centre cérémoniel avec des temples, d’une zone militaire et d’une zone résidentielle. Beaucoup de bâtiments sont bien préservés et ce vaste site et sa vue nous plaisent énormément, d’autant plus qu’il n’y a pas beaucoup d’autres visiteurs !

CIMGP3125 CIMGP3129 CIMGP3136 CIMGP3138 CIMGP3143

En face sur un versant abrupte, les petits trous sombres sont des dizaines de tombes incas pillées.

En face sur un versant abrupt, les petits trous sombres sont des dizaines de tombes incas pillées.

De retour en bas, nous déambulons à travers le marché artisanal. Il a littéralement envahi la place d’Armes et les rues adjacentes. Voilà l’occasion de négocier quelques souvenirs !

CIMGP3148Nous n’avons pas prévu de dormir à Pisac mais à Urubamba, une ville pas particulièrement intéressante mais qui a l’avantage d’être située au carrefour des routes menant aux autres sites que nous souhaitons visiter le lendemain. Nous l’atteignons en fin d’après-midi au son de la cumbia grâce à un mini-bus où toutes les places assises sont déjà prises. Nous sommes courbés en deux dans l’habitacle ! Puis c’est en tuk-tuk que nous rejoignons la pension repérée dans notre guide depuis la gare routière. Oui, oui, vous avez bien lu en tuk-tuk ! Nous ne sommes pourtant pas de retour en Asie du Sud-Est… Les Péruviens aussi se déplacent en ville avec ces petites motos à remorque. Voilà qui nous rappelle des souvenirs ! La pension repérée dans le guide à un petit côté « foyer loin de chez soi ». Nous en serons les seuls clients pendant ces deux nuits. La chambre est confortable et le propriétaire nous propose de nous faire à dîner pour quelques soles (on se régale). Il a plein de DVDs à disposition et nous pouvons donc nous faire une petite soirée cinéma !

CIMGP3153

A peine arrivés, qu’une procession a lieu. Le bus est stoppé, nous en profitons pour descendre et admirer le cortege.

CIMGP3159Ollantaytambo, deuxième site de la vallée visité, est aussi une ancienne citadelle. C’est ici que l’empereur inca se réfugia après la défaite de Sacsayhuaman (le site que nous avons visité à Cusco). C’est l’un des rares endroits où les conquistadores perdirent une bataille face aux incas ! Assaillis par une pluie de flèches, de lances et de rochers projetés du haut des terrasses, les Espagnols ne parvinrent pas à grimper jusqu’à la forteresse. Bon, ils revinrent quelques temps après quatre fois plus nombreux et l’empereur fut contraint de se réfugier dans une autre citadelle. Malgré tout, Ollantaytambo était une forteresse redoutable et cela se voit bien encore de nos jours. Nous sommes séduits par ce site, même si nous lui avons préféré Pisac !

CIMGP3164 CIMGP3168 CIMGP3169 CIMGP3175 CIMGP3177 CIMGP3178 CIMGP3176 CIMGP3182 CIMGP3189Nous déjeunons dans un restaurant tenu par une organisation humanitaire et repartons sur Urubamba. Là, nous changeons de bus et sommes déposés à une intersection sur le bord de la route. Aucun transport public ne conduit aux terrasses de Moray et aux salines. Pour les atteindre, nous devons négocier un taxi. Plusieurs chauffeurs sont garés à l’intersection : en une minute, le transport vers ces deux sites est assuré ! Le conducteur du taxi nous attendra pendant notre visite.

A Pisac et à Ollantaytambo, nous avons découvert les terrasses agricoles incas. Il est d’ailleurs intéressant de comparer leurs techniques de construction (murs en pierre) avec celles vues en Asie (murs en terre). Les terrasses de Moray sont très différentes des précédentes de part leur usage. Elles n’étaient pas cultivées en tant que telles pour se nourrir directement mais servaient de « laboratoire agricole » afin de sélectionner et d’adapter les différentes variétés de céréales ou de légumes au climat local. Une sorte d’INRA de l’époque en somme… Pourquoi cette forme concentrique ? Et bien pour épouser la forme naturelle de cette cavité rocheuse dont le fond est protégé des vents froids issus des glaciers environnants. Il y a ainsi plusieurs degrés d’écart entre chaque étage (ceux du fond étant plus chauds).

CIMGP3193 CIMGP3195 CIMGP3202 CIMGP3204 CIMGP3212 CIMGP3223Autre site spectaculaire de la Vallée Sacrée, les salines sont les seuls vestiges de l’époque inca encore en activité de nos jours. Des milliers de petites terrasses sculptées le long de la paroi de la montagne servent à l’extraction du sel par évaporation. Celui-ci provient d’un petit cours d’eau très salé au sommet de la vallée. Le paysage est extraordinaire et particulièrement photogénique ! Nous pouvons en outre y observer les ouvriers à l’oeuvre.

CIMGP3236 CIMGP3240 CIMGP3251 CIMGP3266 CIMGP3280 CIMGP3284Pour rentrer, nous ne reprenons pas le taxi mais marchons parmi les salines jusqu’au fond de la vallée. Là, nous nous postons sur le bord de la route jusqu’à ce qu’un « micro » (mini-bus) s’arrête pour nous ramener à Urubamba. Au son de la cumbia bien sûr !!

CP1120565Vous l’avez constaté, la cumbia rythme notre voyage au Pérou… Nous sommes certains que vous brûlez de curiosité à l’idée de découvrir vous aussi cette musique entraînante ! Nous pourrons exaucer votre souhait dès notre retour car nous avons acheté un CD mp3 spécial compilation pour combis !!!!! Nous avons craqué !! Nos trajets en voiture vont avoir une autre saveur désormais…

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s