San Ignacio

Vendredi 11 et Samedi 12 avril 2014

 

La province de Misiones tire son nom des missions jésuites implantées dans la région à partir du milieu du XVIe siècle. Il y en avait une trentaine entre l’Argentine, le Brésil et le Paraguay.

 

Nous partons en direction de San Ignacio en compagnie de Julie, rencontrée la veille à Iguazu (Alice est partie au Brésil). Il pleut sans cesse tout le long du trajet et c’est trempés que nous échouons dans la petite auberge « El Jesuita ». Dans l’idéal, nous aurions aimé visiter les ruines de la mission dans l’après-midi et partir le lendemain matin mais la météo aura raison de nous. Nous sommes coincés à l’intérieur ! Ce n’est pas grave car nous sommes en bonne compagnie avec Julie. Nous sommes rejoints par deux sœurs belges, Anouk et Olivia. Au final, il n’y aura que nous cinq dans l’auberge (nous partageons le même dortoir – Loïc est bien entouré !) ainsi qu’un couple de Néo-Zélandais. Pour contrer la morosité de la météo, nous nous lançons tous les cinq dans un grand festin : salade de crudités, manioc (c’est la pleine saison ici) et saucisses fumées, salade de fruits. La soirée se passe dans la bonne humeur !

 

CP1120492
Le lendemain, la pluie a enfin cessé. Nous disons au revoir à Anouk et Olivia et partons visiter les ruines de la mission avec Julie. Si, comme nous avant cette étape, vous ne savez quasiment rien sur l’œuvre des jésuites en Amérique du Sud, voici de quoi combler vos lacunes historiques !

 

CIMGP9257

Entrée du musée qui précède les ruines

Les jésuites sont arrivés dans la région vers 1550 avec pour objectif d’évangéliser et « civiliser » les Amérindiens – ici le peuple guarani. Le roi d’Espagne les autorise à fonder un État autonome. C’est le début des missions. Pour se faire accepter des autochtones, les jésuites apprennent le guarani (la messe est même dite dans cette langue) et mettent en avant leur savoir médical et la protection qu’ils offrent face aux colons. Le succès est rapide et les missions compteront jusqu’à 150 000 habitants au XVIIe siècle.

 

CIMGP9259

Maquette représentant la mission à l’époque

Cette société nouvelle est extrêmement moderne. La journée de travail est de six heures et les loisirs (chants, danses…) sont encouragés. Des services publics sont mis en place (écoles, hôpitaux, aide aux veuves). Le peuple guarani est totalement alphabétisé ! La structure sociale traditionnelle (notamment le chef) a été maintenue par les jésuites mais les pratiques ancestrales (maison commune, nudité…) sont abandonnées. Le fonctionnement de la mission peut être perçu comme un « communisme » avant l’heure (pardon pour l’anachronisme !). Tous les habitants travaillent la terre commune et la production est équitablement répartie. Ici étaient produits sucre, coton et yerba mate ainsi que de l’artisanat.

 

CIMGP9272

Reconstitution de l’église face aux ruines

CIMGP9262 CIMGP9265_6_7_8_9 CIMGP9273
Malheureusement, cette organisation ne durera qu’un temps. Au milieu du XVIIe siècle, les frontières de l’Amérique du Sud sont redessinées entre le Portugal et l’Espagne. La région est cédée aux Portugais qui ordonnent l’évacuation des missions. Une révolte éclate mais elle se terminera en bain de sang pour les Guaranis et les missions sont détruites.

 

CIMGP9277

L’intérieur de l’église

CIMGP9293

La fleur sculptée représente la yerba mate

CIMGP9282 CIMGP9289
Cette visite a été pour nous extrêmement instructive. Il nous faut d’ailleurs saluer notre guide très compétente qui a su faire revivre cette époque.

 

CIMGP9263En sortant du site, nous déambulons parmi les vendeurs de souvenirs. Des enfants guaranis vendent des orchidées et certains font la manche. C’est la première fois que nous rencontrons des Amérindiens et malheureusement, nous rencontrons aussi la pauvreté de ces communautés.

 

CIMGP9305
Après déjeuner, nous quittons Julie et sautons dans un bus pour Posadas, avec pour objectif d’y trouver un bus de nuit pour Salta, au Nord-Ouest de l’Argentine.

Publicités

Une réflexion au sujet de « San Ignacio »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s