Parque Nacional Torres del Paine

Du samedi 22 février au mercredi 5 mars 2014

Quitter Ushuaïa pour rejoindre Puerto Natales au Chili n’est pas une mince affaire… Le marathon commence à 5h45 devant une première compagnie de bus. Nous y prenons un mini bus pour Rio Grande, trois heures plus loin. Nous arrivons à dormir un peu. Gare routière de Rio Grande. Les douaniers ont leurs bureaux ici, bien que la frontière soit à près de cent kilomètres. Nous faisons tamponner nos passeports et remplissons les documents des douanes chiliennes : rien à déclarer. A dix heures, un vieux bus arrive. Et c’est parti pour huit heures de trajet ! Si, à l’aller, nous avions pu profiter des paysages, ce n’est pas le cas aujourd’hui. Il pleut et la piste non goudronnée se transforme en bourbier, couvrant les fenêtres de boue. Nous manquons même de rester coincés là-dedans !

CP1100941Entre temps, le ferry nous a fait traverser le détroit de Magellan et nous avons la chance de voir des dauphins. Les douaniers chiliens sont très regardants sur les contenus des bagages. Le bus est intégralement fouillé par des maîtres-chiens pour détecter la moindre trace de nourriture. Certains parasites n’étant pas présents au Chili, pays protégé par la Cordillère des Andes, les contrôles sanitaires sont drastiques. Cela nous rappelle l’Australie, la Nouvelle-Calédonie et la Nouvelle-Zélande ! Sauf que là, nous avions complètement oublié que nous avions des nouilles chinoises, un repas lyophilisé et du foie gras !! Nous avons réalisé seulement lorsque nous avons vu le sac de Loïc à part, alors que tous les autres bagages étaient remis en soute… On a de suite senti que l’amende (salée) était pour nous… Baragouinant des excuses en espagnol et affichant un regard de cocker, nous avons réussi à amadouer le douanier et à repartir sans frais. On a été très très soulagés ! Ce qui est surprenant, c’est que nous n’avions eu aucun problème à l’aéroport de Santiago, alors que nous avions aussi oublié de déclarer ces mêmes denrées !

A 18 heures, nous arrivons à Punta Arenas. Nous reprenons vite nos sacs pour les déposer dans la soute du bus d’à côté. Encore trois heures de route (sur des sièges bien plus confortables cette fois), et nous voici enfin arrivés à Puerto Natales… Nous avons quitté notre auberge de jeunesse à 5h30, nous arrivons à 21h30, soit seize heures de voyage. Quelle journée ! Et dire que nous devrons affronter bien pire en Argentine !

CIMGP0645

Puerto Natales

A Puerto Natales, nous nous préparons pour le Circuito Paine, un grand trek de 110 kms en autonomie. Nous avons prévu de le faire en huit jours et nous devons donc prévoir seize repas et huit petits-déjeuners ! C’est un vrai casse-tête… Le poids et la rapidité de cuisson sont nos critères de sélection des aliments. Le problème, c’est qu’il n’y a pas grand chose dans le petit supermarché de Puerto Natales. Alors, qu’allons-nous manger cette semaine ? On vous prévient, on va vous faire saliver…

Petits-déjeuners : thé et bouillie pour bébé cuite dans du lait pour bébé. Pourquoi ce choix ?! Et bien, les aliments pour bébés sont bourrés de vitamines, de minéraux et de probiotiques. D’ailleurs, les randonneurs de l’extrême ne se nourrissent que de ça! Nous y ajoutons des flocons d’avoine.

Déjeuners/dîners : soupes instantanées, purée en sachet, vermicelles (qui cuisent plus vite que les autres pâtes), parmesan râpé et un oeuf dur et une prune les trois premiers jours.

Goûters/pauses : biscuits, dulce de leche, beurre de cacahuète, céréales et chocolat pour le soir.

On est plutôt contents de nous car on n’a pas trop lourd contrairement à beaucoup d’autres marcheurs que nous croisons et qui ont fait le terrible choix de prendre des conserves (c’est lourd, plein d’eau et il faut ramener ses déchets !). Avec notre matériel de camping et nos vêtements, nous porterons environs quinze kilos chacun.

CP1100949

Dia 1 : Hotel La Torres – Refugio Chileno – Mirador Base de las Torres – Refugio Chileno

9,5km ; dénivelé : + 800m/- 450m

CP1100951C’est parti pour huit jours de marche ! Nous débutons le trek lundi 24 février à 10h30, heure à laquelle la navette nous a déposés face à l’hôtel Las Torres. Il fait beau ! Il y a beaucoup de monde sur le sentier : entre les promeneurs qui sont là à la journée et les randonneurs qui effectuent le W, un trek de quatre jours, on ne cesse de dire « Hola ! ». Pour cette première étape, nous avons prévu d’admirer les célèbres Torres del Paine, l’emblème du parc et même du Chili. On aurait pu garder la vue de ces fameux pics granitiques pour la fin mais le temps est tellement incertain dans cette région de montagne que nous profitons du soleil. Les premières heures de marche sont plutôt difficiles pour Noémie. La pente est raide et le sac est lourd !

CP1100955CP1100957Nous atteignons à 13h30 le Refugio Chileno. Après avoir planté la tente et déjeuné, nous attaquons la montée. Elle est assez difficile, d’autant plus que la dernière heure se fait dans les rochers, mais sans nos gros sacs nous allons plus vite !

CP1100962Enfin, vers 17 heures, nous sommes face aux belles Torres. Elles culminent à 2850 mètres. Un beau zorro (renard) nous accueille. Nous prenons le temps d’admirer le paysage et saluons l’effort d’un papi de plus de 80 ans qui vient d’arriver avec sa fille. Quelle prouesse !

CP1100965CP1100984CP1100997CP1120003

Vaisselle à l’eau glacée de la rivière.

Dia 2 : Refugio Chileno – Campamento Seron

18km ; dénivelé modéré

CP1120008 CP1120009La journée débute par la descente vers notre point de départ de la veille. La particularité de la portion du trek que nous faisons actuellement est qu’elle comporte plusieurs allers-retours. C’est pour cela qu’on l’appelle le W : c’est la forme que le sentier dessine sur la carte. Là, nous venons d’effectuer la dernière barre du W. Nous allons à présent entamer le Circuito Paine en tant que tel. Ce chemin fait le tour du massif d’Est en Ouest, où il rejoint le W.

CP1120010Aujourd’hui, il n’y a quasiment personne sur le sentier : c’est un long trek et, de fait, peu emprunté. Nous ne croisons pas plus de dix personnes. Le paysage est magnifique. On ne voit aucune trace de la présence de l’homme où que l’on regarde. La marche se fait sans difficulté, nous nous habituons au poids du sac. Pendant notre pause déjeuner, nous voyons passer un troupeau de chevaux au galop, guidés par des gauchos. Whouaou !

CP1120011 CP1120017 CP1120019 CP1120027 CP1120025CP1120031 CP1120034Dia 3 : Campamento Seron – Refugio Dickson

18km ; dénivelé relativement important au début puis modéré

CP1120036

Le matin, deux carachos curieux nous saluent.

Il fait chaud ce matin. Nous continuons à longer le Rio Paine, que nous suivons depuis la veille. Pour atteindre le lac du même nom il faut monter une pente bien raide, les mollets nous tirent ! Le vent souffle fort alors que nous descendons vers le Refugio Dickson. La zone que nous traversons a été frappée par un incendie déclenché par un randonneur imprudent il y a quelques mois. La nature reprend doucement ses droits mais voir tous ces arbres calcinés nous attriste. En fin d’après-midi, alors que nous sommes sur un promontoire, nous apercevons enfin le lieu où nous allons passer la nuit. Le refuge est au bord du lac Dickson. L’immense glacier du même nom se dévoile au loin. Quel panorama ! Le soir, nous devons nous protéger des moustiques qui s’acharnent sur les pauvres randonneurs éreintés. Nous sympathisons depuis la veille avec nos compagnons de route : Bernard et Kathrin, le couple Suisse-Allemand, Lee l’Ecossais… Les nombreuses rencontres font partie des raisons pour lesquelles on adore marcher !

CP1120038 CP1120041 CP1120048 CP1120053 CP1120056 CP1120060Dia 4 : Refugio Dickson – Campamento Los Perros

11km ; dénivelé modéré et progressif

Loïc, après un réveil matinal, se balade au bord du lac Dickson et profite du calme et de la quiétude des lieux.

CP1120066 CP1120078 CP1120068 CP1120071Nous marchons toute la journée sous la pluie. Heureusement, le sentier traverse une forêt et il n’y avait donc pas de vue spectaculaire. C’est pas grave ! Lorsque la pluie cesse, le vent prend le relais pour nous sécher.

CP1120085 CP1120086Le froid nous saisit alors que nous arrivons sur un promontoire d’où l’on peut admirer le glacier Los Perros qui se jette dans un petit lac en formant une cascade de glace. Nous pouvons également prendre conscience de l’ampleur de la journée de demain où nous aurons à franchir le col John Gardner…

CP1120103 CP1120105 CP1120099 CP1120106 CP1120107Dia 5 : Campamento Los Perros – Campemento Paso

12km ; dénivelé : +600m/-800m

Voici enfin venue la grosse journée de ce trek, celle que nous attendions avec impatience mais que nous redoutions un peu aussi. Le paso (col) John Gardner culmine à 1200 mètres d’altitude. Son franchissement est le point d’orgue du Circuito Paine. Nous nous réveillons en forme et motivés. Le soleil est de la partie et le vent a décidé de ne pas trop nous embêter. La montée s’effectue progressivement et débute dans une forêt. La marche pourrait s’assimiler à une balade s’il n’y avait pas cette boue partout sur le sentier. Et attention, on ne vous parle pas d’un peu de gadoue : un petit moment d’inattention et on en a jusqu’aux genoux. C’est d’autant plus pénible que cela nous ralentit.

CP1120126 CP1120129C’est bien connu, plus l’on monte, moins il y a de végétation ! Nous marchons donc la majeure partie de la journée sur les cailloux. Le froid se fait de plus en plus ressentir. Nous arrivons en haut du col vers treize heures. La fierté d’y être est renforcée par la vue qui s’offre à nous.

CP1120143 CP1120145 CP1120146 CP1120153Le glacier Grey se déroule majestueusement à nos pieds. Ce panorama est vraiment grandiose. L’émotion nous saisit. Nous pouvons profiter de ce spectacle de la nature pendant les longues heures de descente.

CP1120161Celle-ci est très éreintante, surtout pour Noémie. Nous sommes exténués lorsque nous arrivons au Campamento Paso. Mais la vue que nous avons face à nous pour le dîner nous fait oublier toute fatigue…

CP1120165 CP1120167 CP1120175 CP1120172Dia 6 : Campemento Paso – Refugio Paine Grande

16km ; dénivelé : +200m/-600m

Journée difficile. Le vent est glacial. La vue sur le glacier nous permet cependant de garder le moral et de tenir bon !

CP1120182CP1120191Ce matin, nous devons traverser des petits ruisseaux très encaissés. Il n’y a pas toujours des ponts pour les franchir et nous nous aidons d’échelles qui tiennent on ne sait trop comment avec des cordes et des câbles rouillés. Il ne faut pas avoir le vertige !

CP1120186 CP1120185 CP1120197Au Refugio Grey, le Circuito Paine rejoint le circuit du W (barre de gauche) et les randonneurs sont donc de nouveau bien plus nombreux. Fini ce sentiment de solitude sur le sentier ! Nous sommes bien fatigués et le trajet jusqu’au Refugio Paine Grande est long. Les dernières heures sont particulièrement exténuantes. Ici aussi le feu a détruit la forêt et le vent s’engouffre dans la vallée.

CP1120223 CP1120236Le camping n’est absolument pas protégé et nous savons d’emblée que si nous passons la nuit dans notre tente, nous ne dormirons pas (souvenez-vous de l’horrible nuit passée en Nouvelle-Zélande au Tongariro !). Nous nous décidons à louer une tente plus résistante sur place et ce fut un bon choix car nous dormons très bien !

CP1120227Dia 7 : Refugio Paine Grande – Campemento Italiano

15,5km ; dénivelé : +600m/-400m

Le moral n’est pas au beau fixe en ce début de journée. Cela fait sept jours que nous marchons et nous avons un petit coup de mou. Ce sentiment se dissipe après le déjeuner car nous montons admirer le glacier del Frances ! Pour situer, le trajet de cet après-midi correspond à la barre centrale du W. Ce glacier est spectaculaire et nous ne nous lassons pas de le regarder. Il dévale la pente de la montagne dans un grondement quasi-permanent. Les avalanches sont constantes !

CP1120239Loïc et Lee décident de pousser plus loin leur ascension et vont au delà du Mirador Britanico admirer l’arrière des Torres. La montée en « hors piste » est raide mais la récompense est là.

CP1120251 CP1120271 CP1120285 CP1120289 CP1120290CP1120294 CP1120293Dia 8 : Campemento Italiano – Hotel Las Torres

22km ; dénivelé modéré

C’est déjà notre dernier jour de marche ! Cette semaine est passée très vite. Le fait de marcher et de camper nous a donné l’impression d’être hors du temps. Nous avons pris le temps d’admirer des paysages extraordinaires et l’effort effectué nous emplit de fierté. Ce trek est difficile mais nous en sommes venus à bout ! Ces dernières heures de marche nous permettent de profiter du beau Lago Nordernskjöld. Nous gambadons presque tant le chemin est peu pentu et nos sacs presque vides ! A l’arrivée, nous devons attendre trois heures la navette qui nous ramène à Puerto Natales, grrrr… On aurait dû faire la grasse matinée !

CP1120306 CP1120310 CP1120312Deux jours ne seront pas de trop pour nous remettre de cette grande et belle marche…

Publicités

4 réflexions au sujet de « Parque Nacional Torres del Paine »

  1. Quel trek ! 110 km en 8 jours, en montagne : vous deviez être bien fatigués.
    Les photos sont magnifiques !

  2. Sympa les dauphins !!!
    16h de route et bien … impressionnant !
    que de festins lol
    Magnifiques les Torres ! c’est vraiment trop beau !
    Que c’est beau ces paysages !
    Ces vues de montagnes et glaciers me rappelent mes randonnées dans les Alpes y’a quelques années de cela ! mais mes glaciers étaient moins grands même j’étais vers le mont blanc lol

    Bravo en tout cas pour ce magnifique et difficile trek !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s