Punta Arenas et Ushuaïa

Du samedi 15 au vendredi 21 février 2014

Terre mythique s’il en est, la Patagonie est la deuxième grosse étape de notre escapade sud-américaine. C’est une région immense, qui occupe le tiers du Chili et de l’Argentine. Il nous faudra plusieurs semaines pour découvrir quelques unes de ses merveilles. Nous partons des villes les plus australes du continent, pour remonter progressivement vers des températures plus clémentes, zigzaguant entre le Chili et l’Argentine.

CIMGP0360Nous atterrissons donc à Punta Arenas, capitale de la région de Magellan, au Chili. C’est une petite ville située en bordure du détroit du même nom, tout « en bas en bas » de la carte. Les locaux sont particulièrement reconnaissants envers l’explorateur portugais puisque l’on retrouve son nom à tous les coins de rue. Punta Arenas ressemble bien à l’idée qu’on se faisait d’une ville du bout du monde. Il n’y a rien à des kilomètres à la ronde, il fait froid et le vent souffle fort. Les petites maisons colorées sont recouvertes de tôles, un peu comme en Europe du Nord. Les rives du détroit de Magellan sont peuplées de cormorans, d’oies et de canards. On a beau scruter l’eau, on ne voit pas de baleine… La terre que l’on aperçoit au loin est la célèbre Terre de Feu !

CIMGP0361

Le cimetière « HLM » de Punta Arenas !

CIMGP0365 CIMGP0367 CIMGP0371 CIMGP0379 CIMGP0380_1_2 CIMGP0391 CIMGP0362A deux heures de bateau se trouve l’Isla Magdalena, où aucun homme n’habite. Elle grouille pourtant d’une population de dizaines de milliers d’individus… Mais qui donc?!

CIMGP0404 Des manchots pardi ! Si nous avions été frustrés de ne pas en avoir vraiment vus en Nouvelle-Zélande (certains lecteurs malveillants se sont même moqués…), voilà de quoi nous rattraper ! Les manchots de Patagonie n’appartiennent pas à la même espèce que ceux de Nouvelle-Zélande. Ce sont des manchots de Magellan (encore lui !). Ils sont plus gros et se reconnaissent grâce au liseré noir qu’ils ont sur le ventre. Attention à ne pas les confondre avec les pingouins ! Comme en anglais, le terme espagnol « pinguinos » prête pourtant à confusion. Mais alors, quelles sont les différences entre les pingouins et les manchots ? Et bien les manchots vivent dans l’hémisphère Sud et ne volent pas tandis que les pingouins vivent dans l’hémisphère Nord et peuvent voler. Merci à Emilie pour cette explication donnée en commentaire du blog il y a quelques semaines !

CIMGP0417 CIMGP0505 CIMGP0506 CIMGP0419 CIMGP0432Sur l’île, un petit sentier est aménagé pour ne pas que l’on dérange trop les manchots. Ce qui est drôle, c’est qu’ils ne se privent pas, eux, de l’emprunter, et nous devons régulièrement leur céder le passage pour qu’ils rejoignent la mer. Où que l’on regarde, il y a des manchots à perte de vue. C’est vraiment impressionnant ! Ils ont creusé des nids dans ce sol nu et d’ailleurs les petits commencent à perdre leur duvet. Le bruit est omniprésent. Les manchots poussent des cris gutturaux très forts. Les observer se dresser et voir leur gorge monter et descendre est surprenant. Alors bien sûr, sur terre, ils sont un peu patauds quand ils marchent ! Mais dès qu’ils plongent, on devine leur formidable agilité dans l’eau. Le temps passe vraiment beaucoup trop vite et déjà le bateau nous rappelle… Au revoir les manchots !

CIMGP0425 CIMGP0468 CIMGP0470 CIMGP0479 CIMGP0491 CIMGP0497 CIMGP0434Notre rêve aurait été d’atteindre le Cap Horn. Mais y organiser un trajet en bateau coûte très cher et les conditions météo font qu’il n’est pas certain de pouvoir y accoster. Alors, à défaut d’aller si loin, nous décidons, après une longue réflexion, d’aller en Terre de Feu argentine. Ce territoire est enclavé au Chili et il ne faut pas moins de douze heures de bus pour y aller, en incluant la traversée du détroit de Magellan en ferry et le passage de la frontière.

CIMGP0544

Avec Mickaël le Suisse et Miley l’Australienne, nos compagnons de route

CIMGP0527 CIMGP0531 CIMGP0532 Souvenez-vous, lorsque nous étions tout au Sud de la Nouvelle-Zélande, nous ne pouvions pas être plus éloignés de la France. Pourtant, c’est ici que nous avons vraiment l’impression d’avoir atteint le bout du monde. Les routes non goudronnées, la pampa sans habitation à perte de vue, les guanacos (cousins du lama) et les nandus (cousins de l’autruche) qui traversent la route… tout cela confirme bien la légende qui veut que la Terre de Feu est bien « el fin del mundo » !

CIMGP0539Bien sûr, l’industrie touristique exploite le filon et la ville d’Ushuaïa , la ville la plus au Sud du monde si l’on occulte la petite bourgade de Puerto Williams au Chili, nous paraît finalement moins transcendante qu’elle n’y paraît. Il faut dire que les innombrables boutiques de souvenirs à destination des croisiéristes de luxe gâchent un peu l’ambiance.

Ne vous y méprenez pas. Nous avons beaucoup apprécié notre séjour à Ushuaïa. Pour le côté symbolique d’abord, mais aussi parce que nous avons aimé nous y balader. La ville possède encore de belles maisons anciennes et le cadre (montagnes et glaciers) est superbe. En outre, nous y avons rencontré des gens particulièrement adorables, à l’image de Gisèle, la gérante de notre auberge de jeunesse, dont la gentillesse et la bonne humeur sont sans borne.

CP1100890

Francia : 13027 km

CIMGP0604

Sur les hauteurs d’Ushuaïa

CIMGP0565 CIMGP0558 CIMGP0582 CIMGP0586 CIMGP0585 CIMGP0615 CP1100884 CIMGP0618 CIMGP0601 CP1100896 CP1100932 CIMGP0581Nos randonnées prévues dans le Parque de la Tierre del Fuego sont malheureusement tombées à l’eau, pour cause de pluie et de vents violents. Nous nous consolons dans les petits musées de la ville. Celui situé dans l’ancien bagne s’intéresse à l’histoire d’Ushuaïa et le musée Yamana présente l’histoire de ce peuple disparu au début du XXè siècle. Nomades, les Yamana construisaient des huttes sommaires qui n’étaient pas imperméables. Ainsi, plutôt que de se vêtir de vêtements qui n’auraient jamais séché, ils s’enduisaient simplement le corps de graisse et se réchauffaient devant le feu, constamment allumé dans leur hutte comme dans les canoës. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle les Européens ont baptisé ainsi la Terre de Feu ! Nous frémissons à les voir en photos, nous qui sommes bien contents d’enfiler nos doudounes achetées en Nouvelle-Zélande, transis par ce froid austral (et dire que c’est l’été ici !). Les Yamanas vivaient de la chasse aux guanacos, aux phoques, et aux cormorans.

CP1100888

L’ancien bagne

CIMGP0560

Les Yamanas. Leurs genoux étaient fripés car ils se tenaient beaucoup accroupis

Lors de ces quelques jours passés en Argentine, plusieurs indices nous ont dévoilé quelques spécificités de la culture de ce pays, très différente de la culture chilienne. D’abord, il y a le maté. C’est une véritable institution en Argentine. On en boit partout et tout le temps. Il s’agit d’une infusion des feuilles de la plante du même nom. On la boit avec une « bombilla » (pipette de métal) dans une calebasse. Loïc apprécie bien. Noémie à plutôt l’impression de boire une infusion de foin.

CP1100881

Gisèle nous présente sa nouvelle bouilloire Moulinex spéciale maté !

CIMGP0653 CIMGP0652A Ushuaïa, nous goûtons à notre première parilla, le barbecue argentin. Ici, les végétariens sont malheureux, car la viande est vraiment le plat par excellence. Le boeuf est tellement tendre qu’on se demanderait presque si les bêtes ne sont pas massées avant d’être abattues… Il y a aussi de l’agneau, des saucisses, du poulet… que l’on peu alégrement déguster si l’on commande un « tenedor libre » (littéralement « fourchette libre »), soit un buffet à volonté. On vous prévient, ce genre de repas vous cale presque pour 24 heures ! CP1120324

Région aux mers froides oblige, on trouve aussi à Ushuaïa de nombreux restaurants où l’on peut déguster du crabe royal, cette immense bestiole sortie tout droit d’un film de science-fiction. C’est un vrai régal !

CP1100934Nous aurons l’occasion de mieux connaître les Argentins et leurs habitudes dans quelques semaines mais en attendant, nous poursuivons notre route en Patagonie chilienne !

Publicités

7 réflexions au sujet de « Punta Arenas et Ushuaïa »

  1. il aura fallu que tu ailles au fin fond de la patagonie pour manger un maxi shawarma !
    C’est bon tu peux rentrer maintenant !

  2. Qu’est-ce que le manchot photographié en pied tient dans son bec ? Je n’ai aucune hypothèse satisfaisante.

  3. Encore désolé de mon retard de lecture … c’est vraiment le manque de temps … je cours tellement après !
    Pourtant j’ai les mails de parution de nouveaux posts dans mes mails en non lu … je sais que j’en ai à lire !
    L’amérique latine … mon rêve ! je rêve d’y aller ! je sais pas pourquoi ça m’attire lol
    trop bien les manchots !!!
    Superbe les paysages de la terre de feu et Ushuaïa !
    et la belle orchidée sauvage !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s