Kaikoura et l’Abel Tasman Coast Track

Du samedi 25 au mercredi 29 janvier 2014

Nous sommes de retour sur la côte Est ! Après avoir fait une grosse boucle dans l’île du Sud, nous voici tout près de Christchurch, là où notre périple a commencé. Ces jours-ci, nous allons découvrir le Nord de l’île du Sud.

CIMGP9347

Péninsule de Kaikoura l’hiver

Notre halte à Kaikoura est motivée par la perspective de voir des baleines ! Au large, vit en effet une colonie de cachalots mâles, jeunes et vieux, qui trouvent ici un garde-manger bien rempli. Les femelles, plus sensibles à l’eau froide, vivent dans les tropiques où elles sont rejointes par les mâles en âge de se reproduire. En anglais, cachalot se dit « sperm whale »… Reconnaissez que c’est très laid comme nom. En fait, lorsque les premiers spécimens ont été capturés et disséqués, on pensait que le gros volume de liquide qu’ils ont dans la tête était du sperme… En réalité, ce liquide est une sorte de cire qui aide le cachalot à flotter et qu’il solidifie pour plonger.

Nous prenons place à bord d’un gros catamaran. La mer est très agitée et la plupart des passagers autour de nous sont malades. Les sacs à vomi se remplissent les uns après les autres mais nous tenons bon ! Pendant que nous naviguons vers la zone des cachalots, une dame nous explique tout plein de choses intéressantes sur leur mode de vie. Soudain, après seulement trente minutes de bateau, nous nous arrêtons ! Un cachalot est juste là ! Tout le monde se bouscule pour atteindre le pont avant, malgré les recommandations de l’hôtesse. Personne ne veut rater une miette de ce spectacle de la nature. Devant nous, une masse noire est à la surface de l’eau. C’est Tutu (prononcer « Toutou ») ! Il est bien connu de l’équipage car il vit ici depuis près de vingt ans. Il fait 18 mètres de longueur ! Les cachalots restent à la surface près de trente minutes, avant de replonger pour environ 45 minutes. Régulièrement, un gros « pschitt » d’air projette un jet d’eau. Tout à coup, l’énorme masse noire plonge et Tutu dévoile sa queue avant de disparaître sous l’eau. Whouaou ! Nous avons un peu de mal à réaliser que nous venons d’admirer un énorme cachalot pendant de longues minutes !

CIMGP9361

Voici un des bateaux sur lequel nous étions. Cela vous donne une idée de l’échelle car le cachalot est aussi grand!

CIMGP9355 CIMGP9371 CIMGP9373 CIMGP9374 CIMGP9377Il y a des chances pour qu’il revienne de sa plongée d’ici trois quart d’heure alors, en attendant, le capitaine nous emmène voir une colonie d’albatros et surtout des dauphins ! Ce sont des dauphins « dusky » et ils sont trop mignons. Très joueurs, ils suivent le bateau et font de jolis sauts dans l’eau. Malgré les recherches pour retrouver Tutu (localisation acoustique), celui-ci ne remontrera pas le bout de sa queue cet après-midi. Ce n’est pas grave : nous avons vraiment été gâtés aujourd’hui, d’autant plus qu’un soleil radieux brillait dans le ciel !

CIMGP9391 CIMGP9403 CIMGP9409 CIMGP9454 CIMGP9443A Kaikoura, la faune marine ne se résume pas aux cachalots et aux dauphins. C’est aussi l’endroit où aller si l’on veut manger d’énormes et délicieuses langoustes. Impossible pour nous de résister à la tentation…

CIMGP9466

CIMGP9460

Notre camping du DOC pour la nuit, bercé par le bruit des vagues.

Dimanche. La pluie est de retour. Nous avons pitié de deux auto-stoppeurs, un Allemand et un Chilien, que l’on conduit à Havelock. Ils sont en visa « working holiday », très prisé des jeunes qui viennent en Nouvelle-Zélande pour plusieurs mois. Ils travaillent dans une usine de moules et nous apprennent qu’Havelock est (excusez du peu) la capitale mondiale de la moule verte ! Cela tombe bien, c’est l’heure du déjeuner !

CIMGP9470Déprimés par la pluie, nous nous installons dans une « cabin » au camping de Nelson. Nous rencontrons Antoine et Sophie, deux apiculteurs de Moselle qui voyagent pendant quatre mois en Nouvelle-Zélande, quelle chance ! Alors que Loïc part au cinéma voir The Hobbit, Noémie passe la soirée en leur compagnie, apprenant des tas de choses passionnantes sur l’apiculture et l’horticulture.

Pour profiter au mieux de la côte, rien de tel qu’une randonnée ! L’Abel Tasman Coast Track est une autre des Great Walks. Elle longe le rivage sur 54 km. Contrairement à la Kepler Track, elle ne fait pas une boucle et on peut choisir de ne la faire qu’en partie, combinant marche et kayak ou bateau-taxi. On peut bien sûr dormir en refuge mais nous avons choisi de camper. Nous ne ferons pas le trek dans son intégralité mais seulement une portion de 32 km.

CIMGP9473Le temps de prendre nos tickets de camping au centre du DOC, de faire les courses (retour de la nourriture lyophilisée, youpi !) et de rouler jusqu’au départ de la randonnée, nous ne commençons le trek qu’en fin d’après-midi (c’était prévu !). Au terme d’une heure et demi de marche, nous arrivons à l’Apple Tree Bay, une aire de camping située sur une plage. Les commodités se résument à des toilettes et une table de pique-nique. Nous sommes tous seuls ! Nous aurions presque l’impression de jouer les Robinson Crusoë ! Tous seuls, c’est vite dit… Nous sommes en fait envahis de sandflies (mouches des sables) qui sont infernales. Plus voraces et sournoises que les moustiques, elles ne font aucun bruit et piquent jour et nuit. Leurs boutons démangent pendant plusieurs jours à s’en arracher la peau (au sens propre du terme : Noémie s’est arraché 3cm2 de peau sur le pied la nuit, on vous épargne la photo). Elles nous accompagnent depuis plusieurs jours et si peu que l’on oublie de mettre du répulsif, elles rappliquent aussitôt !

CIMGP9476 CIMGP9495 CIMGP9485 CIMGP9487 CIMGP9491 CIMGP9493 CIMGP9494La vraie marche est pour le lendemain. Le sentier, en hauteur, nous permet d’admirer l’eau. Ici, la mer a une couleur extraordinaire et n’a rien à envier aux eaux tropicales – excepté le fait qu’elle soit froide. Nous marchons toujours à l’ombre de grands arbres et surtout de fougères arborescentes. La marche est pour nous l’occasion de nous perdre dans nos pensées ou au contraire de discuter. Aujourd’hui, Loïc raconte à Noémie l’histoire des deux films The Hobbit, ce qui nous occupe un certain temps !

CIMGP9507_8_9 CIMGP9527_8_9Les sentiers étant facilement accessibles, même pour quelques heures de marche, ils sont bondés. N’oublions pas qu’ici, c’est l’époque des vacances d’été. Du coup, on ne retrouve pas l’esprit des grandes marches. Les gens par exemple ne se saluent pas. Qu’importe ! La vue est sublime !

CIMGP9512

Des passages de la randonnée peuvent se faire à marée basse pour traverser une baie.

CIMGP9525 CIMGP9540 CIMGP9539Le deuxième camping que nous avons choisi est bondé, cela nous change de la veille. Il ne nous reste qu’une bonne demi-journée de marche pour atteindre Awaroa, où nous prenons un bateau-taxi.

CIMGP9545CIMGP9554CIMGP9563CIMGP9565

CIMGP9566

Le sentier passe par une plage déserte… bizarre de ne pas y marcher en maillot de bain et pieds nus !

CIMGP9568

Vous ne remarquez rien de changé chez Loïc ?!!

CIMGP9574 CIMGP9578Nous refaisons en près de deux heures ce qui nous a pris près de deux jours à pied ! Depuis l’eau, l’Abel Tasman National Park dévoile d’autres beautés : baies cachées, vues sur les hauteurs, les roches et la végétation… et surtout cette eau d’un bleu limpide qui ne cesse de nous émerveiller. Nous apercevons même un manchot bleu, ceux-là même que nous avions manqué à Oamaru il y a quelques jours ! Le bateau s’approche d’une l’île pour nous laisser contempler une colonie de phoques.

CIMGP9580

CIMGP9608

CIMGP9610CIMGP9616

Une fois arrivé à destination, le bateau-taxi se transforme en bateau-taxi-tracteur pour rejoindre le rivage à marée basse!

Cette escapade dans le Nord-Ouest a été l’occasion de constater que la Nouvelle-Zélande offre décidément une diversité de paysages tout aussi grandioses les uns que les autres !

Publicités

4 réflexions au sujet de « Kaikoura et l’Abel Tasman Coast Track »

  1. Aaaaaah je l’attendais cette photo sans barbe !!!!
    En tout cas la nourriture lyophilisée, ça envoie du rêve 😉

  2. Loicy. Glad to see you got a shave son. You looked like a serial killer before! Hope you two are having a great time. Cheers, Rory and Lynda (x)

  3. Nous avions adoré Abel Tasman National Parc. Il y avait un peu plus de monde, mais les chemins n’étaient pas bondés quand nous y étions. Sûrement parce qu’on y était plus tard dans la saison (fin février/début mars, l’été se terminait).
    J’ai hâte de lire la suite de vos aventures 🙂

  4. Trop bien le cachalot !
    Et superbes les dauphins !
    Alors bonnes les langoustes ?
    Superbes paysages encore !

    Et loïc a trouvé quelque chose pour couper sa barbe !!! waou lol

    Génial pour le manchot bleu ! comme ça pas de regrets (ou moins !).

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s