Hanoi

  • Vendredi 27 et samedi 28 septembre 2013
  • Mardi 1er et mercredi 2 octobre 2013
  • Mardi 8 octobre 2013

Pour aller au Vietnam depuis Nanning en Chine nous pouvions prendre un train de nuit (durée 11 heures – passage de la frontière en pleine nuit) ou un bus de jour (durée 6 heures – pas besoin de se réveiller pour franchir la douane). Nous avons donc naturellement opté pour la seconde solution. A la gare routière, nous constatons que les bus à destination de l’international (Vietnam, Hong Kong, Macao) bénéficient d’une salle d’attente réservée avec des sièges confortables, la télé, un accès à Internet. Et bien ! Cela nous change des immenses halls bruyants et sales !

Notre bus part à 8 heures en direction du Sud. Nous sommes les seuls Occidentaux à bord. Les champs de canne à sucre défilent derrière la vitre. Peu après midi, le bus s’arrête afin de laisser monter un militaire chinois chargé de vérifier nos passeports. Quelques kilomètres plus loin, à l’approche de la frontière, nous descendons, récupérons nos gros sacs et montons dans un mini bus électrique pour quelques centaines de mètres. La frontière est située dans les montagnes, au col de l’Amitié. Nous remarquons des bâtiments de l’époque coloniale construits par les Français. Mais c’est dans un grand hangar que nous sommes contrôlés. Passées les formalités chinoises, il faut marcher un peu pour rejoindre le hangar vietnamien où nos visas sont vérifiés. Et hop ! Nos passeports sont tamponnés ! Le passage de la frontière a pris moins d’une heure. Nous montons de nouveau dans un mini bus électrique qui nous conduit à un nouveau bus – vietnamien celui-ci – à destination d’Hanoi ! Nous avons les yeux collés à la vitre pendant une bonne partie des trois heures du trajet… Lors d’une pause, nous faisons la connaissance de Stéphanie, une Toulousaine qui fait le tour du monde toute seule. Elle a pris le bus de 7h30 (qui a un peu de retard). On décide de se retrouver à la gare routière d’Hanoi pour partager un taxi et aller à une auberge de jeunesse ensemble. Sauf qu’une fois dans la capitale vietnamienne, point de gare routière à l’horizon. Le bus nous dépose en pleine ville, autant dire au milieu de nulle part !? Bon, il faut aviser ! Etape 1 : trouver un ATM pour retirer de l’argent. Etape 2 : se dépêtrer des moto taxis qui nous harcellent pour qu’on monte avec eux. Etape 3 : repérer un taxi de la compagnie Mailinh (réputée pour ne pas arnaquer les touristes avec des compteurs trafiqués). Une fois ce parcours du combattant urbain achevé, nous arrivons à l’auberge de jeunesse conseillée par un Français croisé à Yangshuo et bien notée dans le Lonely Planet : le Hanoi Backpackers Hostel. Stéphanie arrive d’ailleurs quasiment en même temps que nous. Elle aussi a été lâchée en pleine rue.

On est accueillis comme au Club Med mais version étudiante. La musique est assourdissante, l’endroit grouille de jeunes fêtards, un cocktail à la main. La plupart sont Australiens. La moyenne d’âge est de 20-22 ans. On a vite compris que tous étaient là pour s’amuser : les excursions proposées mettent surtout en avant des fêtes sur des bateaux ou sur la plage. On se sent un peu en décalage et tout d’un coup très vieux ! Les chambres étant trop chères pour nous, on décide de prendre un dortoir. Vu le profil du lieu, on aurait du se douter que ce n’était pas très judicieux de rester mais on a tenté le coup et on a passé une nuit mouvementé entre les allers et venues des uns et des autres, les conversations, les éclats de rire… (quand on a un verre à la main, on a du mal à intégrer l’idée que d’autres puissent vouloir dormir).

On se lève donc tôt le lendemain matin pour faire la tournée des pensions et auberges de jeunesse du coin. On en visite trois/quatre avant de jeter notre dévolu sur une petite auberge dont l’ambiance nous semble similaire à ce qu’on trouvait en Chine : un lieu calme mais néanmoins sympathique et où l’on peut rencontrer d’autres voyageurs.

Nous pouvons enfin commencer à découvrir Hanoi et sa vieille ville. Celle-ci s’apparente à une véritable fourmilière : les deux-roues envahissent la chaussée ! Il y a très peu de voitures (essentiellement des taxis) mais la circulation des scooters dans un flot continu ferait presque tourner la tête ! Traverser la rue s’apparente à une épreuve insurmontable d’autant plus que les trottoirs n’ont pas l’air de donner la priorité aux piétons… Des scooters y sont garés, les magasins y exposent leur marchandise à vendre, sans oublier la cuisine de rue qui prend de la place avec ses petites tables et tabourets en plastique. Seule solution : marcher sur la chaussée… Il faut faire attention au deux-roues mais le regard est attiré par la vie de la rue, les étals des marchandes ambulantes avec leurs palanches et leurs chapeaux pointus et l’on a aussi envie de lever la tête pour regarder les belles maisons datant pour la plupart des années 1920… CIMGP7403 CIMGP7412 CIMGP7902 CIMGP7916

Hanoi nous fait l’effet d’une ville en perpétuel mouvement ! Elle nous met de bonne humeur et nous sommes vite conquis par son ambiance joyeuse et frénétique. Chaque rue de la vieille ville est spécialisée : ici la quincaillerie, là les décos de fête, ailleurs la menuiserie, un peu plus loin les objets de culte, à côté les mannequins pour magasins de vêtements… Ci et là, la présence française de l’époque coloniale se manifeste par des bâtiments (immeuble, église), des devantures de boutiques écrites en français (« complets vestons » des tailleurs), les boulangeries…

CIMGP7415 CIMGP7661 CIMGP7685 CIMGP7687 CIMGP7844

La cuisine d’Hanoi est un véritable régal. Chaque repas est un moment que nous attendons avec impatience pour découvrir de nouveaux plats. La cuisine de rue est beaucoup plus présente qu’en Chine et notre curiosité est toujours récompensée !

CIMGP7397

Un succulent « Bun Bo Nam Bo »

 CIMGP7875 CIMGP7706 CIMGP7431CIMGP7428

CIMGP7922

Les ingrédients d’un « ché » : dessert vietnamien

CIMGP7690A Hanoi, nous ne nous sommes pas contentés des rues de la vieille ville et des abords du lac Hoan Kiem. Nous avons passé une après-midi au temple de la Littérature. Il s’agit d’un temple confucéen dédié aux grands écrivains. Il est composé de plusieurs bâtiments à l’architecture remarquable entourés de jardins où l’on trouve de magnifiques bonzaïs. Edifié au XIe siècle, il accueillait la première université du Vietnam. On y enseignait les principes du confucianisme, la littérature et la poésie. De grandes stèles honorent la mémoire des lauréats du doctorat. Chacune d’elle repose sur une tortue de pierre, symbole de longévité.

CIMGP7736_37_38_39_40 CIMGP7760_1_2_3_4 CIMGP7771_2_3_4_5  CIMGP7728 CIMGP7752CIMGP7776_7_8_9 CIMGP7789

Si nous nous sentions mal à l’aise dans les villes chinoises, nous adorons Hanoi ! C’est une ville dynamique et jeune, avec une « âme », une ambiance bien particulière que nous découvrons entre deux excursions (la baie d’Halong et Bac Ha).

CIMGP7868 CIMGP7865 CIMGP7890 CIMGP7910 CIMGP7856 CIMGP7717 CIMGP7696 CIMGP7692 CIMGP7654 CIMGP7677 CIMGP7684 CIMGP7671 CIMGP7425 CIMGP7791

Publicités

3 réflexions au sujet de « Hanoi »

  1. Et bien encore de belles photos et un beau récit qui donne envie de découvrir le Vietnam !
    Une ancienne collègue m’avait déjà parlé du Vietnam en bien, elle y avait été plusieurs fois car elle a adopté 2 enfants là bas et elle adore ce pays et m’en avait beaucoup parlé ! Notamment les motos taxi où ils montent à je ne sais pas combien lol
    Dites moi que vous n’avez pas gouté du chien … mon mari me dit « c’est comme un boeuf chez nous » il a raison, c’est surement bon si il en mange, mais j’avoue que j’ai du mal !
    Et lol pour la 1ère auberge de jeunesse lol

  2. Le Vietnam a été une magnifique découverte pour moi !! C’est le pays que j’ai préféré et la cuisine, que dire !! Profitez-en bien !

  3. Que de bons souvenirs vous me rappelez !
    J’ai reconnu presque tous les lieux que vous avez photographiés et même les rues que je pourrais nommer (pas toutes, cela dit, mais une grande majorité).
    Vos photos reflètent bien l’atmosphère de la ville de même que vos commentaires : « Hanoi est une ville en perpétuel mouvement », on ne pourrait mieux le dire.
    Et j’ai adoré vos photos culinaires. Je suis ravie de voir que vous avez apprécié comme moi la cuisine vietnamienne. En dehors de la cuisine de rue, avez-vous également profité de déjeuner dans certains restaurants d’Hanoi ?
    Bonne continuation !
    Lux (du forum Néo).

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s