3776 m

Sommet du Mont Fuji.

12 août 2013 – 5h08.

Beaucoup de personnes nous ont demandé quelles étaient nos motivations pour entreprendre un tour du monde. Parmi celles-ci: l’envie de découvrir des lieux mythiques, de voir des volcans et de randonner. L’ascension du Mont Fuji, qui réunit ces trois critères, fait donc partie de ces étapes incontournables que nous nous étions fixées lors du tracé de l’itinéraire.

Loïc était très motivé à l’idée de gravir le Mont Fuji. Noémie, de son côté, bien qu’impatiente elle-aussi, appréhendait beaucoup ce moment n’ayant pas une grande expérience de la marche en montagne.

Pour mémoire, le Fuji, c’est ça, un cône parfait, majestueux et impressionnant :

Mont-Fuji1

Le sommet semble inaccessible!
source : http://letempsdundrama.blogspot.jp/2011/06/mont-fuji.html

Nous quittons Tokyo en milieu de journée en ce dimanche 11 août. A la gare de Shinjuku, nous expérimentons l’organisation du chemin de fer japonais. Dans un premier temps, nous validons notre JR Pass, sésame qui nous permettra d’emprunter le train public de façon illimitée jusqu’à notre départ. Il nous servira à partir du 13 août pour aller à Kyoto. Pour aujourd’hui, nous devons acheter des billets car nous empruntons une ligne privée. Sur le quai, l’emplacement des portes des wagons est matérialisé et nous faisons la queue patiemment. Au Japon, on ne monte pas dans un wagon de façon désordonnée en jouant des coudes ! Lorsque le train arrive en gare, il est nettoyé par une équipe de choc qui s’incline devant les passagers lorsqu’elle a terminé. Décidément, les Japonais sont bien le peuple le plus respectueux que nous ayons rencontré !

CIMGP4112

CIMGP4114

Bento acheté à la gare.

CIMGP4113 Au terme de deux heures de train, nous arrivons à notre camp de base : la petite ville de Kawaguchi-ko, située au pied du Mont Fuji et bordée par l’un des cinq lacs de la région. Nous allons nous préparer pour l’ascension à l’hôtel où nous dormirons le lendemain. Celui-ci a accepté de garder nos sacs pour la nuit. Le Mont Fuji culminant à 3776 m d’altitude, il est nécessaire d’être bien équipé pour le gravir car il y fait très froid, d’autant plus que l’ascension se déroule de nuit. Chaussettes et tee shirt en laine mérinos, collants de sport sous le pantalon, polaire, coupe-vent, bonnet et gants sont donc de la partie. Ne surtout pas oublier les lampes frontales et de quoi se sustenter !

A 20h10, nous prenons un bus qui nous emmène à la 5ème station, notre point de départ. Plusieurs sentiers situés tout autour du volcan permettent d’atteindre son sommet. Dans notre cas, ce sera le Yoshida Trail, qui débute à 2300 m d’altitude. Il est possible d’y acheter des bâtons de marche en bois ornés de grelots et/ou de drapeaux. Ils seront marqués au fer à chaque station jusqu’au sommet. On aurait beaucoup aimé en rapporter un mais il aurait été difficile à transporter ou à envoyer par la Poste, tant pis !

CIMGP4116

28°C en ville mais pas loin de 0°C au sommet !

Nous commençons à marcher à 22 heures, accompagnés par un couple de Néerlandais sympathiques pendant une petite heure. Puis, chacun prend son rythme et l’ascension devient plus solitaire. Il faut gérer la montée (la pente est en moyenne de 25 %), et bien regarder où l’on met les pieds car la lampe frontale n’éclaire qu’à un à deux mètres devant soi. Les virages en épingles à cheveux se succèdent les uns aux autres. Le sol est fait de sable et de roche volcaniques et il y a souvent de grosses marches aménagées plus ou moins faciles à monter. Environ toutes les demi-heures, des refuges nous permettent de nous reposer (rapidement car on se refroidit vite). Des groupes de Japonais, accompagnés par des guides, ont choisi de débuter l’ascension dans l’après-midi pour y passer une partie de la nuit, reprenant leur marche vers minuit. Ils sont donc de plus en plus nombreux à nos côtés et la difficulté n’est plus de gérer le dénivelé mais de réussir à les doubler !!

CIMGP4120 CIMGP4123A 3000 m d’altitude, des maux de tête commencent à se faire ressentir. Par chance, ils passeront assez rapidement et nous n’aurons pas d’autres désagréments, contrairement à d’autres grimpeurs qui ont beaucoup de mal. Certains vomissent, d’autres se shootent à des petites bouteilles d’oxygène. Nous discutons avec deux amis indiens dont l’un d’eux est prêt à abandonner. On essaie de le motiver et on espère vivement qu’il aura atteint le sommet ! La pente devient de plus en plus raide et les zigzags laissent place à une montée en quasi-ligne droite. Le sentier est remplacé par des gros rochers qu’il faut parfois escalader. Noémie avait emmené un bâton de marche et il lui a été très utile. Curieusement, la fatigue ne se fait pas trop ressentir, la concentration prenant le dessus.

CIMGP4128

Courage! Plus que 526m !

Plus on approche du sommet, plus le chemin est étroit. Des bouchons se forment ! A 4h30, on distingue les premières lueurs du jour. Heureusement, nous ne serons pas à l’arrêt trop longtemps et nous arrivons à temps au sommet. Il fait très très froid (moins de 0°C ressenti). On se fraye un chemin parmi les centaines de personnes qui nous entourent et nous nous installons face à l’horizon. Soudain, une grosse boule orange fait son apparition et révèle une mer de nuage. Après 7 heures d’ascension, face à ce spectacle de la nature, l’émotion est à son paroxysme. Tout le monde s’exclame, s’embrasse, se congratule et regarde le soleil monter… nous réchauffer.

CIMGP4138 CIMGP4131 CIMGP4141 CIMGP4146CIMGP4155Avant de redescendre, nous allons jeter un œil à la dernière station qui abrite un sanctuaire et où les grimpeurs font tamponner pour la dernière fois leur bâton. Dommage qu’on ne puisse pas faire tamponner notre bâton en métal ! Puis, on s’approche de l’impressionnant cratère d’un diamètre moyen de 600m.

Nous commençons à descendre vers 5h45. Ce n’est pas le même chemin qu’à la montée. Au début, c’est facile, on est presque guillerets et on papote comme lors d’une balade dominicale. Mais très vite, la monotonie des dizaines de virages en épingle se fait ressentir tandis que chaque pas dans le sable nous fait déraper sur une dizaine de centimètres. On a une petite pensée de gratitude à l’égard du vendeur de chaussures du Vieux Campeur qui nous a conseillé des chaussures à tiges hautes alors que nous voulions des tiges basses : ainsi, nous n’avons pas de sable dans les chaussures et nos chevilles sont bien tenues. La lassitude et la fatigue prennent le dessus et on a vraiment hâte d’en finir. Sauf qu’il nous faudra près de 5 heures pour redescendre… C’est long, très long, trop long. Mais on n’a pas le choix, alors on serre les dents et on avance… Sur la fin de la piste, on croise le départ du sentier qui monte au sommet. A voir la pente, on se dit qu’on a bien fait de monter de nuit car on aurait été découragés en moins de deux si on avait vu tout ce qui nous restait à grimper !

CIMGP4159CIMGP4157 CIMGP4158Enfin la 5ème station est en vue. On est éreintés, un peu déboussolés parmi tous les touristes et randonneurs mais tellement fiers de nous ! Par chance, le bus pour Kawaguchi-ko part moins de 10 minutes plus tard. Nous arrivons à l’hôtel à midi. Malheureusement, notre chambre n’est pas disponible avant 15 heures, alors on s’installe, couverts de sable, dans le hall de l’hôtel avec notre petit déjeuner acheté sur la route, le PC et nos quatre sacs à dos. On se déchausse et on s’endort sur les canapés. Lorsque le gérant de l’hôtel a vu notre campement improvisé il a dû avoir peur qu’on effraie ses clients car notre chambre était prête à 14 heures ! Moins de 25 minutes plus tard, nous étions douchés et endormis… A 18h30, on se réveille pour aller dîner et hop, de retour au lit !

CIMGP4160

Eh oui! Que 6,0km mais 385min !!!

CIMGP4165

Publicités

14 réflexions au sujet de « 3776 m »

  1. C’est génial !!!
    Merci pour ces partages !!! Vous êtes bien courageux mais quel souvenir cela va vous laisser à vie !!!!!
    Bravo !!!

    Merci pour ce blog qui nous fait vraiment voyager !!! je lis et après je dis à mon mari « ah écoute ça » et je lui raconte une de vos anecdotes de voyage !

    Merci !!!!!

  2. Vous avez vraiment du en baver ! Vous avez du mérite !! Je pensais vraiment pas qu’autant de monde faisait l’ascension …

  3. Wahou!!!! Bravo les amis!!! Noémie , tu dois être très fière d’avoir réussi! Toi qui n’était pas certaine! You did it!!! Chapeau 😉 Bisous!!!

    • Finalement c’était beaucoup moins dur que ce que j’avais imaginé (même si c’était quand même très difficile). Je m’en étais fait toute une montagne 😉

      Noémie

  4. Bravo pour cet exploit. Vous êtes le sel de la terre au milieu de cette génération d’assistés. Oui, je sais, je suis un vieux con , mais j’assume.

  5. Joli récit! En vous lisant, je me rends compte à quel point cette experience relève de l’universel car nous avons ressenti les mêmes choses !
    P.S.: c’était géniaaaal notre petite soirée à Kyoto hier. Bisouuuuus et bon voyage!!!

    • Quand on vous a quitté, on s’est dit que c’était passé trop trop vite cette soirée ! C’était super de partager un bout de nos voyages respectifs, on en gardera un super souvenir !

      Pour le Fuji, effectivement, ceux qui le montent doivent ressentir le même genre d’émotion mais pour savoir lesquelles, il faut grimper tout en haut !

    • Merci !
      Plusieurs raisons nous ont poussé à faire l’ascension de nuit :
      Déjà, le jour, il fait trop chaud ! Surtout, c’est une sorte de pèlerinage pour les Japonais, une chose à faire au moins une fois dans sa vie et le rituel est de le faire de nuit pour voir le lever du soleil. C’est ce dernier point qui nous faisait rêver : voir la mer de nuages au sommet et c’était vraiment très très émouvant.

  6. Très bon début 😉 Vous allez voir en Equateur, les 2 plus hauts volcans (le Chimborazo et le Cotopaxi) culminent respectivement à 6268 et 5897 mètres…là pour le coup les malaises liés à l’altitude deviennent pesants ^^. Profitez bien ça a l’air génial !

  7. Alors là chapeau !!! Je rêverais de gravir le Mont Fuji, mais je n’aurais pas pu faire le quart du tiers du trajet !
    Continuez bien votre périple ! Bizzz.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s